Politics

4e dose de vaccin Covid : vers un rappel généralisé ?


4e dose de vaccin Covid : vers un rappel généralisé ?

4E DOSE. Face à cette 7e vague de Covid-19 alimentée par le très contagieux sous-lignage BA.5, les autorités recommandent la deuxième dose de rappel. Concerne-t-elle tous les Français ?

[Mis à jour le 12 juillet 2022 à 11h37] Depuis quelques semaines déjà, il est question d’ouvrir la “4e dose de vaccin” aux moins de 60 ans, comme l’avait énoncé l’ancienne ministre de la Santé Brigitte Bourguignon le 27 juin dernier. Une généralisation qui laisse sceptique une part de la communauté scientifique qui, à l’instar du président du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale en France Alain Fischer, estime que “le besoin d’une dose de rappel supplémentaire pour les adultes en bonne santé est moins évident” (propos rapportés par La Dépêche). De fait, à l’heure où la septième vague pandémique s’invite dans les valises des vacanciers, la priorité reste la protection des plus fragiles. Si, depuis le 7 avril 2022, l’injection de cette seconde dose de rappel vaccinal est ouverte en France qu’aux personnes âgées de 60 ans (et plus), et ce, trois mois ou plus après leur premier rappel (ou dernière infection au Covid-19), la vaccination patine encore. En France, seuls 26,5 % des personnes âgées de 60 à 79 ans et 33,7 % des plus de 80 ans se sont rendus dans un centre dédié… Une couverture bien trop faible pour assurer la protection des plus vulnérables.

Face à cette réticence grandissante, les appels incitatifs se multiplient. Le 11 juillet, c’est l’Union européenne qui a sauté le pas en recommandant officiellement la deuxième dose de rappel pour les plus de 60 ans, au lieu de 80 jusqu’ici. “J’appelle les Etats membres à offrir immédiatement des deuxièmes rappels à tous les plus de 60 ans ainsi qu’aux personnes vulnérables, et j’appelle toutes les personnes éligibles à se présenter pour une vaccination“, a déclaré la Commissaire européenne à la Santé Stella Kyriakides dans un communiqué commun du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) et de l’Agence européenne des médicaments (EMA). Pour sa part, Santé publique France estime que “la couverture vaccinale pour les doses de rappel reste notablement insuffisante”, le ministère de la Santé insistant sur l’importance d'”accélérer” la campagne de vaccination pour “passer un été et un automne sereins”. Quand doit-on réaliser cette injection ? La recommandation pourrait-elle s’étendre à d’autres franges de la population? On fait le point.

Qu’est-ce que la 4e dose de vaccin contre le Covid-19 ?

1ere, 2e, 3e, 4e, dose de rappel… Autant de termes qui sont souvent évoqués lorsqu’il est question de la vaccination contre le Covid. Mais comment s’y retrouver sans se perdre ? La 1ere et la 2e dose étaient le point de départ de la campagne de vaccination, permettant de compléter son schéma vaccinal initial. Puis, pour les personnes les plus fragiles et les plus âgées, une 3e, puis une 4e dose de vaccin peut leur être injectée. A ce sujet, on parle également de 1ere et 2e dose de rappel.

Une 4e dose de vaccin contre le Covid-19, pour qui ?

“Seuls 26,5% des 60-79 ans et 33,7% des 80 ans et plus éligibles” ont reçu leur seconde dose de rappel, a informé Santé Publique France le 7 juillet dernier. “L’effort de vaccination doit s’accentuer” afin d’améliorer la couverture vaccinale qui reste “insuffisante dans certains territoires comme les Antilles et la Guyane et chez les plus âgés”. L’agence de santé précise d’ailleurs qu’alors même que ces derniers présentaient “les taux d’hospitalisation les plus élevés”, seuls “un tiers des 80 ans et plus éligibles avaient reçu la deuxième dose de rappel”. Le gouvernement tient le même discours : le 5 juillet dernier, le nouveau ministre de la Santé François Braun insistant sur l’importance de se faire vacciner “quand on est fragile” : “Il faut le faire maintenant”, disait-il, dans un moment où “nous n’avons pas atteint le pic”. Et d’ajouter : “50% des contaminations surviennent lors de la baisse de la courbe”. 

La possibilité de se faire administrer une 4e dose de vaccin contre le Covid-19 remonte à début janvier, avant d’être élargie mi-mars. A ce stade, ce 2e rappel est ouvert aux personnes immunodéprimées, leurs proches, et à celles âgées de 60 ans et plus depuis le 7 avril dernier. Cependant, il faut respecter un délai depuis sa dernière injection avant de pouvoir prétendre à recevoir une nouvelle dose de vaccin : trois mois pour les personnes immunodéprimées et celles âgées de 80 ans et plus ; six mois pour les personnes âgées de 60 à 79 ans. En plus des tranches de population plus âgées, il existe des personnes immunodéprimées concernées par la 4e dose comme les personnes transplantés d’organes solides, les personnes transplantés récents de moelle osseuse, les patients dialysés, les patients atteints de maladies auto-immunes sous traitement immunosuppresseur agressif de type anti-CD20 ou anti-métabolites, ou encore les patients atteints de formes rares de déficits immunitaires primitifs.

Pour l’heure, la 4e dose de vaccin contre le Covid n’est pas obligatoire. Mais fortement recommandée pour ces populations. Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, a appelé les plus de 60 ans et les personnes ayant plusieurs facteurs de risques à “se faire vacciner avec la 4e dose dès maintenant sans attendre septembre/octobre”. “Parce que ces vaccins existent, sont efficaces contre le variant BA.5 sur les formes graves”, a-t-il insisté. Pour l’épidémiologiste Antoine Flahaut, il n’y a d’ailleurs “aucune raison de procrastiner pour recevoir son vaccin si l’on est éligible à un rappel” qui précisait à nos confrères du HuffPost qu’il y a “de solides données scientifiques aujourd’hui montrant que les hospitalisations pour formes graves de Covid-19 ainsi que la mortalité par Covid-19 sont largement prévenues par les schémas vaccinaux complets (3 doses) associés à un deuxième rappel chez les personnes les plus vulnérables”. Alain Fischer, le président du conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, assurait que ce rappel ne représentait “aucun danger”, tentant de rassurer la population sur ce vaccin “sûr” et à ses yeux nécessaire pour “rattraper le niveau de protection obtenu après le premier rappel en terme de protection contre l’infection mais surtout contre les formes graves” (des propos tenus sur France 2 à la fin juin).

Une 4e dose de vaccin contre le Covid-19 va-t-elle être généralisée ?

C’est la grande interrogation. La 4e dose permettant l’augmentation du taux d’anticorps neutralisants, elle permet un renforcement de l’immunité qui peut s’avérer nécessaire aux personnes âgées et plus fragiles pour qui la protection garantie par le vaccin baisse au bout de six mois, contre douze mois pour la population général. Alors que dans sa stratégie de vaccination, le gouvernement a ouvert petit à petit, par tranche d’âge, l’accès aux vaccins, en sera-t-il de même avec la 4e dose (2e dose de rappel) ? “On y viendra probablement” a répondu Brigitte Bourguignon le 27 juin, sans pour autant, à ce stade, évoquer de calendrier précis, de critères ou même de contraintes à ce sujet. Rappelons qu’en janvier, la validité du pass vaccinal était conditionnée à l’injection d’une dose de rappel.

Un autre problème subsiste : les disparités territoriales dans le processus de vaccination. A l’aube des grandes vacances, franceinfo constatait, vendredi 8 juillet, qu’obtenir un rendez-vous relevait désormais de l’exploit pour un certain nombre de départements. À court terme, il n’est pas rare de ne plus avoir aucun créneau de vaccination disponible. Si dans les grandes villes ou dans des départements, comme la Seine-Maritime, le Pas-de-Calais, le Var ou la Haute-Corse, il n’est pas compliqué de prendre un rendez-vous, c’est une autre paire de manches dans la Drôme, le Tarn, les Landes ou encore la Haute-Savoie et les Côtes-d’Armor. En cause notamment, la fermeture des centres de vaccination et le départ en vacances de certains pharmaciens et médecins, explique franceinfo.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close