Entertainment

Affaire Anna-Chloé : le proviseur de l’établissement menacé de mort 


Lors de son passage sur Touche pas à mon poste le mardi 4 janvier, l’avocat du proviseur du collège d’Anna-Chloé a affirmé que son client avait été placé sous protection judiciaire, et qu’il était la cible de menaces de mort. 

Suite à l’intervention d’Anna-Chloé et sa mère, Cyril Hanouna a offert un droit de réponse à Pierre Perez, l’avocat du proviseur de l’établissement de la petite fille. Mardi 4 janvier, Pierre Perez était l’invité du plateau de Touche pas à mon poste, avec Mourad Battikh, l’avocat d’Anna-Chloé et de sa mère.

Sur le plateau de TPMP, l’avocat du collège d’Anna-Chloé affirme que cette dernière a menti, et que sa chute est accidentelle. Après plusieurs échanges avec Cyril Hanouna et les chroniqueurs, Gilles Verdez a demandé à Pierre Perez si son client comptait réellement porter plainte pour “dénonciation calomnieuse” et “incitation à la haine et à la violence”.

L’avocat du proviseur affirme que c’est suite à l’inaccessibilité aux bandes de vidéosurveillance que la mère d’Anna-Chloé a ébruité la chute de sa fille sur les réseaux sociaux. Elle donne les coordonnées de l’école et le nom du proviseur. Le proviseur est un élu d’une commune voisine. Il est sur les Pages Blanches, il a fallu dix secondes pour trouver son adresse précise”, a-t-il déclaré face aux chroniqueurs. “Le soir même, il recevait des menaces de mort à quatre heures du matin”, a-t-il terminé.

Le proviseur menacé de mort le lendemain de l’incident à 4 heures du matin

Pierre Perez a ensuite déclaré que le procureur de la République a ordonné l’ouverture d’une enquête judiciaire, face à l’engouement médiatique suscité par cette affaire. L’avocat du proviseur de l’établissement affirme que c’est suite à l’audition des surveillants, des professeurs et de certains élèves, que le procureur a affirmé que “personne n’a poussé l’enfant”. Avant l’intervention de Pierre Perez sur le plateau de C8, l’avocat d’Anna-Cholé et de sa famille s’était indigné du fait que le procureur ait prononcé cette affirmation, alors que la petite fille n’avait toujours pas été auditionnée.

L’avocat du collège a ensuite relevé les propos tenus par la mère d’Anna-Chloé sur les réseaux sociaux. “Ça va péter, ça va casser”, relate-t-il, en affirmant que ces propos auraient alimenté plusieurs menaces à l’encontre du directeur, dont certaines qui appellent à tuer sa famille.

L’avocat affirme que la mère d’Anna-Chloé à menacé de “tuer le proviseur”, puis se ravise

Un chroniqueur lui a alors demandé si la mère avait proféré de telles menaces : “C’est la mère qui a dit ‘il faut tuer le proviseur’ ?”, a-t-on demandé à l’avocat du collège. “Oui”, a-t-il répondu avant d’être interrompu par plusieurs chroniqueurs soulevant l’inexactitude de son propos.

Suite à cette interruption, l’avocat du proviseur est revenu sur son accusation. “La mère a dit ‘moi je dis ça, ça va péter, ça va casser’, et derrière les gens ont interprété sur les réseaux sociaux (…) aujourd’hui, le collège est sous protection de la police tous les jours. Le proviseur est sous protection de la gendarmerie (…) Est ce que vous trouvez ça normal ?“, a-t-il interpellé.

Pierre Perez a ensuite déclaré que l’équipe pédagogique du collège était “sur le point de s’écrouler”, face à la pression psychologique et aux menaces. L’avocat a terminé son intervention en faisant un rapprochement avec l’affaire Samuel Paty. “Au départ l’enfant dit ‘on m’a fait ci, on m’a fait ça’, le père va sur les réseaux sociaux, un illuminé arrive et tue le professeur Paty”, s’est indigné l’avocat, qui affirme que le ministère craint une issue similaire.

Loading widget

Inscrivez-vous à la Newsletter de Closermag.fr pour recevoir gratuitement les dernières actualités

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.