Politics

Assemblée nationale : le projet de loi sur le pouvoir d’achat en discussion




Promesse de campagne face à l’inflation galopante, le projet de loi sur le pouvoir d’achat et sa kyrielle de mesures de soutien arrivent lundi dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale, où les oppositions vont faire assaut de propositions d’aides nouvelles.

Le projet de loi de 20 articles « portant mesures d’urgence pour la protection du pouvoir d’achat » passe en première lecture jusqu’à jeudi, avec plus d’un millier d’amendements à la clé. Les députés enchaîneront avec l’examen du projet de budget rectificatif pour 2022 qui doit permettre de financer et compléter ces mesures. Parmi les principales figurent les revalorisations anticipées de 4 % des pensions de retraite et des prestations sociales, l’augmentation de 3,5 % du traitement des agents publics, un chèque alimentaire sous condition de ressources de 100 euros, auxquels s’ajouteront 50 euros par enfant.

On y trouve également la prolongation de la remise carburant de 18 centimes et du bouclier tarifaire sur l’énergie, la suppression de la redevance audiovisuelle ou encore le triplement de la prime Macron (défiscalisée et exonérée de cotisations sociales). L’adoption définitive, à l’issue d’une navette avec le Sénat, est programmée au 7 août, si le plan du gouvernement se déroule comme prévu. Car, faute de majorité absolue, la partie s’annonce ardue pour les macronistes s’ils veulent conserver les « équilibres » financiers.

Durant la semaine écoulée, le gouvernement a subi un premier revers sur le projet de loi sanitaire, amputé d’un article clé sur le possible retour d’un pass sanitaire anti-Covid pour les entrées dans l’Hexagone. L’heure est à la mobilisation du côté de la majorité sur ce texte, « le plus attendu des Français » et fort enjeu des campagnes présidentielle et législatives.

À LIRE AUSSIÀ l’Assemblée, la grande trouille du « coup du rideau »

Une « folie financière »

Face à la forte inflation (5,8 % sur un an en juin), les députés LR poussent notamment pour une «  baisse du prix du carburant à 1,5 euro par litre », les RN pour une baisse de la TVA sur les prix de l’énergie. L’alliance de gauche Nupes va décliner en amendements son propre texte « d’urgence sociale » avec hausse du smic à 1 500 euros ou taxation des « superprofits » des grands groupes. La présidente du groupe LFI à l’Assemblée nationale, Mathilde Panot, a jugé lundi le texte « dangereux », car, selon elle, il « acte le refus d’augmenter les salaires […], le refus de piocher dans le trésor privé, et préfère piocher dans le trésor public pour gaver le trésor privé ».

Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, fustige la « folie financière » des oppositions avec leurs 100 milliards d’euros de propositions alors que la salve d’aides discutée cette semaine est chiffrée à une vingtaine de milliards d’euros et que les gardiens des finances publiques, comme la Cour des comptes, tiquent déjà. Il a cependant tendu la main aux LR en se disant ouvert à une défiscalisation des heures supplémentaires plus poussée – comme voté en commission – et à élargir l’indemnisation de ceux qui utilisent leur véhicule pour aller travailler.

À LIRE AUSSIAssemblée : dans les coulisses des tractations secrètes du gouvernement




Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close