Sports

Bosz a eu chaud, admet Aulas


Jean-Michel Aulas a conforté Peter Bosz dans ses fonctions de coach de l’OL ce mardi. Non sans admettre que le couperet n’était pas passé loin.

Battu par le PSG dimanche soir en clôture de la 8e journée de L1 (0-1), l’OL a ainsi enregistré une troisième défaite de rang en championnat, déjà dominé par Lorient et Monaco lors de ses précédentes sorties. Un enchaînement fatalement contrariant pour le président Aulas, qui ce mardi pour L’Equipe donne son sentiment. Sans fard.

« On ne va pas tout remettre en cause après trois défaites successives même si c’est insupportable de perdre, souffle-t-il, non sans reconnaître que l’idée de limoger Peter Bosz lui a traversé l’esprit. Mais est-ce qu’on ne prend pas un risque supplémentaire en changeant d’entraîneur alors que c’est la huitième journée, qu’on a 13 points en étant sixième ? Ce n’est pas raisonnable mais dire qu’on n’y a pas pensé, non. Mais la réponse à la question, c’est qu’on met le coach et tout le staff dans les meilleures conditions pour réussir. Et si on est 8e en fin de saison, j’aurais démissionné avant. »

Est-ce à dire que le technicien batave peut voir venir sereinement, sans risque de perdre son banc ? « On va être attentif, promet « JMA ». Bien sûr, il peut y avoir la crainte mais on va y arriver et ce n’est pas le coach qui est responsable. Les critiques sur les réseaux sociaux ? Evidemment que ça m’énerve mais je pense que ceux qui disent que je suis dépassé le sont plus que moi. C’est l’avantage quand on a 35 ans d’expérience et 60 titres au compteur. Ceci étant, si je devais avec Vincent (Ponsot, directeur du football de l’OL) et Bruno (Cheyrou, responsable de la cellule de recrutement) changer de position, je le ferais mais aujourd’hui je suis convaincu que ce n’est pas la bonne solution de changer. »



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.