Entertainment

ces « maisons des dragons » datant de l’Antiquité intriguent les archéologues


Dans cet article, partez à la découverte des « maisons dragons », des vestiges qui fascinent les scientifiques.

Vous l’ignorez peut-être, mais l’île d’Eubée (Grèce) abrite des vestiges qui intriguent les archéologues du monde entier : les maisons des dragons. Ces bâtiments antiques, connus sous le nom de « Drakospita », se trouvent dans une région montagneuse, à environ 1400 mètres d’altitude, entre les monts Ochi et Styra.

À voir aussi

Les maisons des dragons : un mystère qui intrigue les scientifiques

Les structures en ruine ont été décrites pour la première fois au XVIIIe siècle par le géologue et écrivain britannique John Hawkins, précise le magazine Maxisciences. Depuis, elles font l’objet d’une attention particulière tant elles sont mystérieuses.

Crédit Photo : wikiwand.com

En 2010, un état des lieux complet – publié par l’archéologue suisse Karl Reber – a révélé que l’ensemble des bâtiments était composé de 23 structures mégalithiques. On y apprend notamment que les bâtisses ont été fabriquées avec des blocs et des dalles de pierre empilées.

Toujours selon Maxisciences, ce type de construction a été effectué selon un schéma pyramidal pour les toitures, sans mortier et sans fondations. Toutes les maisons sont également équipées d’une ouverture sur le toit, un dispositif permettant de laisser entrer la lumière du soleil.

Des lieux de culte et d’observatoire pour l’astronomie

Alors que le mystère plane autour des maisons des dragons, les experts avancent deux hypothèses concernant la fonction des bâtiments. Ils auraient servi de lieux de culte et d’observatoire pour l’astronomie.

Crédit Photo : wikiwand.com

Mais ce n’est pas tout ! Des fouilles réalisées durant la deuxième moitié du XXe siècle par le professeur Nikolaos K. Moutsopoulos ont permis de trouver des artefacts et de connaître la période de construction du site, soit 1100 av. J.-C.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.