Politics

Étudier en Corée du Sud : combien ça coûte ?



La réputation des universités sud-coréennes dans le domaine des sciences et des techniques n’est plus à faire, et le pays accueille de plus en plus d’étudiants étrangers. Le Times Higher Education fait le point sur les frais de scolarité et le coût de la vie sur place.

Nous sommes nombreux à posséder un smartphone, un ordinateur portable ou même une voiture conçus par des ingénieurs formés dans une université coréenne.

L’Institut supérieur coréen des sciences et technologies de Daejeon – mieux connu par son acronyme : Kaist – compte parmi les centres de recherche qui ont joué un rôle déterminant dans la renommée de la Corée du Sud en matière de prouesses high-tech, mais ce n’est pas la seule université coréenne de réputation mondiale. Il faut au moins citer l’Université nationale de Seoul, avec son principal campus, Gwanak, situé dans le sud de la capitale, l’Université Sungkyunkwan, qui propose des programmes d’échanges avec plus de six cents universités étrangères ou l’Institut national des sciences et technologies (Unist) à Ulsan, la capitale industrielle du pays, qui abrite également les sièges d’entreprises mondiales telles que Hyundai ou SK Energy.

Les postes de dépenses passés en revue

Selon le Times Higher Education, les universités du pays ont connu récemment “une augmentation spectaculaire du nombre d’inscriptions en provenance de l’étranger”. Le gouvernement a d’ailleurs annoncé un plan ambitieux en matière de recrutement qui vise à compenser la baisse prévisible, étant donné la démographie du pays, du nombre de jeunes Coréens qui vont entreprendre des études supérieures au cours des prochaines années. À terme, l’objectif est d’accueillir 200 000 étudiants étrangers par an. D’où la création d’un certain nombre de bourses spécifiquement destinées aux étudiants internationaux.

Pour évaluer le coût d’une année d’études en Corée, le magazine spécialisé a passé en revue tous les postes de dépenses obligés d’un étudiant étranger, du coût du visa étudiant (50 000 ₩, soit 37 euros) au prix d’un ticket de métro (2 400 ₩, 1,80 euro) en passant par celui d’une cannette de bière (3 000 ₩, 2,20 euros) – une boisson à laquelle les Coréens préfèrent le soju, l’alcool de riz traditionnel, qui ne coûte que 500 ₩ (1,10 euro) la bouteille – ou d’un billet de cinéma (11 000 ₩, 8,20 euros).

En ce qui concerne les frais de scolarité, les grandes universités sud-coréennes restent plus abordables que les universités américaines de réputation équivalente et contrairement à la pratique des universités britanniques, les étudiants étrangers paient les mêmes frais que leurs condisciples coréens. En moyenne, les frais de scolarité dans une université publique en Corée du Sud s’élèvent à environ 4 000 000 ₩ (3 000 euros) par semestre pour les cours de premier et de troisième cycle. Les universités privées sont plus chères : 6 500 000 ₩ (4 800 euros) par semestre en moyenne – mais ces établissements proposent des bourses qui peuvent se révéler plus avantageuses que celles offertes par l’Etat, précise le journal.

Gare aux frais de subsistance !

Quant aux frais d’hébergement, ils sont également modérés : pour louer un petit studio ou une chambre dans un appartement en colocation il en coûte de
400 000 ₩ (300 euros) à 700 000 ₩ (520 euros) par mois. Mais la caution à verser au propriétaire peut être assez élevée : entre 3 000 000 ₩ (2 250 euros) et 5 700 000 ₩ (4 300 euros).

Alors que les soins de santé sont couverts par l’assurance maladie nationale obligatoire à laquelle tout le monde doit s’inscrire après six mois passés dans le pays, le Times Higher Education met en garde contre le coût relativement élevé de la nourriture en Corée : difficile de s’en tirer pour moins de 80 000 ₩ (60 euros) par semaine en faisant ses courses au supermarché.

Pour permettre aux étudiants étrangers de couvrir ces frais, le gouvernement propose des aides financières. Le Global Korea Scholarship peut couvrir à la fois les frais de voyage et les frais de scolarité dans la limite de 5 000 000 ₩ (3 700 euros) par semestre. Quant à l’apprentissage de la langue coréenne il est subventionné à hauteur de 900 000 ₩ (670 euros) par trimestre.

Les étudiants en échange inscrits dans une université étrangère peuvent aussi recevoir une bourse qui permet souvent de couvrir les frais de scolarité ainsi qu’une allocation d’environ 500 000 ₩ (374 euros).

Enfin les universités coréennes proposent souvent des aides spécifiques à certains étudiants étrangers. Le Collège international Underwood de l’Université Yonsei, accorde par exemple une bourse à tous les étudiants internationaux inscrits en premier cycle. L’Université nationale de Séoul a quant à elle choisi d’aider les doctorants originaires de pays en voie de développement en les dotant d’une subvention susceptible de couvrir à la fois leurs frais de scolarité et leurs frais de subsistance

Source

Fondé en 1971, le Times Higher Education Supplement (THES) s’impose comme le titre de référence dans l’enseignement supérieur. 
En 2005, l’hebdomadaire cesse d’être une filiale du Times et s’intitule désormais Times Higher

[…]

Lire la suite





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.