Politics

Guerre en Ukraine. Des dizaines de morts lors d’un bombardement à Mykolaïv, ce qu’il faut retenir de ce samedi


L’essentiel

  • Le ministère russe de la Défense a déclaré avoir utilisé vendredi des missiles hypersoniques « Kinjal » pour détruire un entrepôt souterrain d’armements dans l’ouest de l’Ukraine.
  • Une caserne militaire a été totalement dévastée par une frappe russe à Mykolaïv, dans le sud du pays, laissant craindre un lourd bilan.
  • 112 enfants ont été tués en Ukraine depuis le début de l’invasion russe, a déclaré ce samedi le parquet général ukrainien.
  • Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a lancé un appel à Moscou, estimant qu’il était « temps » de discuter de « paix et de sécurité » faute de quoi les conséquences pour la Russie se feront ressentir sur plusieurs générations.
  • La cheffe de la diplomatie britannique, Liz Truss, a déclaré redouter que les pourparlers sur la paix entre l’Ukraine et la Russie ne soient qu’un « écran de fumée » utilisé par le Kremlin avant une nouvelle offensive.

23h10 : C’est la fin de ce live, merci de nous avoir suivi. Rendez-vous demain matin pour de nouvelles informations sur le conflit en Ukraine.

22h14 : A Marioupol, l’inquiétude pour des orphelins bloqués dans un sanatorium

Un groupe de 19 enfants, pour la plupart orphelins, sont bloqués dans un sanatorium de Marioupol, ville ukrainienne assiégée par les forces russes, ont affirmé samedi leurs proches et des témoins. Les enfants et adolescents, âgés de 4 à 17 ans, ont été envoyés dans cette clinique pour mineurs spécialisée dans le traitement des maladies pulmonaires, avant le déclenchement de l’offensive russe le 24 février. 

Ils sont désormais « en grand danger », leurs tuteurs n’ayant pas pu les récupérer en raison des combats dans cette ville bombardée avec ses habitants depuis plusieurs semaines, a raconté un témoin, Alexeï Volochtchouk. Lui-même s’est réfugié dans le sanatorium, avant d’être évacué de la ville assiégée vendredi. Selon lui, un pneumologue « héroïque », un cuisinier et deux infirmières s’occupent des enfants, alors que la police locale rapporte de la nourriture pour eux, celle-ci étant cuisinée dehors sur un feu près du bâtiment du sanatorium.

22h11 : Des oligarques juifs démissionnent d’un groupe philanthropique

Trois oligarques juifs soupçonnés de liens avec le président russe Vladimir Poutine ont démissionné d’une importante organisation philanthropique qu’ils avaient créée, le Genesis Philanthropy Group (GPG). Mikhail Fridman, Petr Aven et German Khan font partie des oligarques frappés de sanctions à la suite de l’invasion russe de l’Ukraine. « Afin de permettre au groupe de rester fidèle à sa mission et de construire sur les bases que nous avons créées au cours des 15 dernières années, tous les trois ont démissionné du conseil d’administration », a précisé GPG dans un communiqué.

21h46 : Macron évoque avec Zelensky les « perspectives possibles de sortie de crise »

Emmanuel Macron s’est de nouveau entretenu par téléphone avec son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky, a fait savoir l’Élysée ce samedi soir. L’occasion de réitérer son « soutien » et la « disponibilité à faire plus avec ses partenaires européens ». « Il a évoqué avec lui les perspectives possibles d’une sortie de crise », précise la présidence française.

21h06 : La femme du président Zelensky appelle à de « véritables couloirs humanitaires »

Olena Zelenska, la femme du président ukrainien Volodymyr Zelensky, a appelé le Conseil œcuménique des Églises (COE), une organisation représentant 580 millions de chrétiens à travers le monde, à contribuer à organiser de « véritables couloirs humanitaires » en Ukraine. « Connaissant l’expérience du Conseil œcuménique des Églises dans le règlement des crises humanitaires, nous vous demandons d’aider, notamment par le biais d’agences affiliées, l’Ukraine et les Ukrainiens qui fuient actuellement la guerre », lui a écrit Olena Zelenska dans une lettre diffusée par la présidence ukrainienne. « Je vous demande tout d’abord de devenir des médiateurs dans l’organisation de véritables couloirs humanitaires », a-t-elle ajouté. 



Photo archives AFP



La France pourrait manquer de munitions « en quatre jours de conflit »

Des parlementaires ont écrit samedi à la ministre des Armées, Florence Parly, pour lui demander de remédier au manque de munitions de l’armée française. Une situation qui inquiète à l’aune de la guerre en Ukraine, à l’est de l’Europe. Notre article complet ici.

19h51 : Zelensky s’adresse aux Suisses, blâme Nestlé et les banques

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, s’est adressé ce samedi aux Suisses, devant des milliers de personnes massées devant le Parlement de Bern. L’occasion pour lui de critiquer les entreprises suisses, notamment Nestlé, qui poursuivent leurs activités en Russie. « “Bien manger. Bien vivre”, c’est le slogan de Nestlé. Votre compagnie qui refuse de quitter la Russie. Même maintenant, quand la Russie menace d’autres pays européens. Pas seulement nous”, a dit Volodymyr Zelensky. Il a aussi appelé au gel des avoirs des proches du Kremlin : « L’argent des gens qui ont lancé cette guerre est dans vos banques. Aidez nous à lutter contre ça. Pour que ces fonds soient gelé. »



Photo EBRA/Xavier FRERE



En Roumanie, incrédulité et inquiétudes au bord de la mer Noire

Constanta, la cité balnéaire au bord de la mer Noire, prisée des Roumains, ne ressent pas trop, à ce jour, l’afflux massif de réfugiés à la frontière située à une centaine de kilomètres au nord. Ses habitants s’affichent solidaires du peuple ukrainien et rassurés par la présence de l’Otan. Lisez le reportage de notre envoyé spécial.

18h56 : Multiples raids aériens sur Mykolaïv, les autorités n’ont pas le temps d’alerter

Les raids aériens russes se succédaient à un rythme rapide samedi sur Mykolaïv, une ville du sud de l’Ukraine, où des dizaines de soldats ont été tuées la veille dans une frappe contre une caserne de l’armée. « Nous ne pouvons pas donner l’alerte pour les raids aériens parce que le temps que l’on annonce cette tornade, elle est déjà là. Le message (d’alerte) et les bombardements arrivent en même temps », a déclaré le gouverneur de la région, Vitaliy Kim, sur les réseaux sociaux. Il n’a pas fourni de précisions sur l’étendue des dégâts ni sur le nombre des éventuelles victimes. Dans le même temps, des témoins donnaient des bilans variant du simple au double après la destruction par six roquettes vendredi d’une caserne militaire dans le nord de cette ville.

17h45 : Rassemblement en soutien à l’Ukraine à Paris

« Ouvrez les yeux », « Va te faire f… Poutine ». Brandissant slogans choc et drapeaux ukrainiens, des centaines de personnes se sont rassemblées samedi à Paris pour soutenir l’Ukraine et dénoncer l’invasion russe. « Mon frère est au front, sa famille et leur bébé dans une cave depuis des jours. C’est pour eux que je suis là, pour eux et pour tout le monde car Poutine ne va pas s’arrêter à l’Ukraine », raconte Inna, basée en France depuis 10 ans. Autour d’elle, des pancartes appellent à boycotter le gaz russe et à « cesser la guerre ». Une sono a diffusé des chansons du groupe de rock Okean Elzy, encore plus populaire en Ukraine depuis qu’il a joué dans le métro où se terrent des civils.




Photo Thomas COEX/AFP

17h15 : Les tenues des cosmonautes russes arrivés dans l’ISS font jaser

Samedi, trois cosmonautes russes ont rejoint l’ISS, la Station spatiale internationale. Surprise, cet équipage était… tout de jaune et de bleu vêtu, comme l’a noté le Huff Post, soit les couleurs de l’Ukraine. « Un nouvel équipage de cosmonautes vient d’accoster à la Station spatiale internationale vêtu de jaune et de bleu. Beau à voir », a commenté l’astronaute canadien Chris Hadfield. Coïncidence ou message politique fort  ? Oleg Artemyev, le cosmonaute qui dirige cette équipe, a expliqué qu’il s’agissait d’un choix conditionné par un surplus de tissu jaune dans l’entrepôt qui confectionne les tenues. En tout cas, l’accueil chaleureux reçu par les trois Russes de la part de leurs collègues (2 Russes, 4 Américains et un Allemand) est en lui-même un message fort.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.

Gérer mes choix



16h32 : Kiev appelle la Chine à « condamner la barbarie russe » en Ukraine

La présidence ukrainienne a appelé la Chine à se joindre aux Occidentaux et à « condamner la barbarie russe » en Ukraine. « La Chine peut être un élément important du système de sécurité mondial si elle prend la bonne décision de soutenir la coalition des pays civilisés et de condamner la barbarie russe », a tweeté Mykhaïlo Podoliak, un conseiller de la présidence et un des participants aux négociations avec la Russie.  



Photo AFP/Thibaud MORITZ



À Bordeaux, ces Français qui se préparent à combattre

De plus en plus de Français, touchés par l’invasion de l’Ukraine par la Russie, participent à des formations express au combat. Près de Bordeaux (Gironde), un ancien membre des forces spéciales distille ses conseils pour ne pas partir “la fleur au fusil”. Cliquez ici pour en savoir plus.

14h48 : Ce serait une « erreur » de normaliser de nouveau les relations avec Poutine avertit Boris Johnson

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a mis en garde ce samedi : retrouver des relations normales avec la Russie, même si l’invasion russe de l’Ukraine cessait serait « une erreur. « Essayer de normaliser de nouveau les relations avec Poutine après cela, comme nous l’avons fait en 2014, reviendrait à commettre exactement la même erreur », a-t-il déclaré, en référence à l’annexion de la Crimée ukrainienne.

14h27 : Plus de 3,3 millions de personnes ont fui l’Ukraine

Plus de 3,3 millions de réfugiés ont désormais fui l’Ukraine depuis l’invasion russe, ont indiqué ce samedi les Nations unies, tandis que près de 6,5 millions de personnes seraient déplacées à l’intérieur du pays. Environ 90 % des personnes qui ont fui sont des femmes et des enfants.

13h46 : Varsovie propose un embargo total sur le commerce avec Moscou

La Pologne a proposé à ses partenaires européens d’instaurer un embargo total sur le commerce avec la Russie, a annoncé ce samedi le Premier ministre Mateusz Morawiecki qui a jugé nécessaire de durcir encore les sanctions visant Moscou.

« La Pologne propose d’ajouter aussi rapidement que possible un blocus commercial aux sanctions, un blocus sur le commerce maritime mais aussi sur le commerce terrestre. La mise à l’arrêt totale du commerce de la Russie obligerait cette dernière à se demander s’il ne serait pas mieux de mettre un terme à cette guerre cruelle », a dit le chef du gouvernement polonais.

Invincibles, hypersoniques ou invisibles : quels sont ces missiles utilisés par la Russie

La Russie utilise dans son offensive contre l’Ukraine une partie de sa nouvelle génération de missiles, qualifiés par Moscou d’« invincibles », d’« hypersoniques », d’une portée illimitée ou invisibles des radars, quatre ans après avoir été dévoilés par Vladimir Poutine. On vous détaille dans cet article tous les aspects techniques de ces missiles.

13h20 : Des dizaines de morts après le bombardement du site militaire Mykolaïv 

Selon des témoins, le bombardement du site militaire à Mykolaïv, au sud de l’Ukraine, vendredi, a fait plusieurs dizaine de morts et le bilan pourrait encore s’alourdir.

« Pas moins de 200 soldats dormaient dans les baraquements », selon Maxime, un militaire de 22 ans interrogé sur place. « Au moins 50 corps ont été extraits, mais on ne sait pas combien il en reste sous les décombres », poursuit le jeune soldat. Evguéniï, un autre militaire sur place, estime que les frappes pourraient avoir fait 100 morts.

13h14 : Trois cosmonautes russes arrivent dans la station spatiale internationale aux couleurs de l’Ukraine

Le choix des couleurs est-il une simple coïncidence ou une marque de soutien ? Ces dernières heures, l’arrivée de trois cosmonautes russes dans la station spatiale internationale (ISS) fait l’objet de nombreuses spéculations.

Les spationautes sont arrivés vêtus de jaune et de bleu, les mêmes couleurs que le drapeau ukrainien. Ce qui, dans le contexte actuel, a été rapidement perçu comme un soutien au pays de Volodymyr Zelensky et un camouflet pour le président Poutine.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.

Gérer mes choix



Pourtant, les cosmonautes ont assuré que ce choix de combinaison n’avait rien de politique. Le média Space.com indique que le commandant de Soyouz, interrogé à ce propos lors de la cérémonie d’ouverture des écoutilles, a répondu qu’il s’agissait d’un « surplus de tissu jaune dans l’entrepôt ». 

Les tensions géopolitiques en cours n’ont en tous cas pas empêché leurs collègues déjà présents dans l’ISS de les accueillir chaleureusement, comme le rapporte le HuffPost.

Les trois hommes sont les premiers Russes a pénétrer dans l’ISS depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le 24 février (ils vont remplacer deux de leurs compatriotes et un Américain qui rentreront sur Terre le 30 mars).

12h20 : Un site militaire dévasté à Mykolaïv, un bilan très lourd redouté

Une caserne militaire a été totalement dévastée par une frappe russe dans le sud de l’Ukraine, à Mykolaïv, laissant craindre un lourd bilan. Le site qui se trouve dans le nord de cette ville a été complètement détruit après avoir été frappé par six roquettes vendredi matin. Aucune information sur le bilan n’a été publiée par les autorités ukrainiennes. Les Russes « ont lâchement effectué des frappes de missiles contre des soldats qui dormaient. Une opération de secours se poursuit toujours », s’est borné à déclarer samedi matin le gouverneur régional de Mykolaïv Vitaly Kim dans une vidéo publiée sur Facebook.

11h42 : Des Français préoccupés par le conflit s’entraînent avec un ancien soldat des forces spéciales

Certains veulent aider les civils au cœur de l’Ukraine envahie ou se défendre « si le conflit arrivait en France ». Loin des bombardements, près de Bordeaux (Sud-Ouest), des Français préoccupés par ce conflit s’entraînent avec un ancien soldat des forces spéciales, pour « s’impliquer » sans aller jusqu’à combattre avec l’armée de Zelensky. Dans la foulée de l’invasion russe, l’ex-militaire qui se décrit comme un « grand patriote » a proposé pour quelques dizaines d’euros un stage de 48 heures en « voyant que pas mal de personnes sur des groupes Facebook voulaient partir en Ukraine, sans aucune expérience, sur un coup de tête ».




Photo Thibaud MORITZ/AFP

10h48 : Londres redoute que les pourparlers ne soient qu’un « écran de fumée »

La cheffe de la diplomatie britannique, Liz Truss, a déclaré ce samedi redouter que les pourparlers sur la paix entre l’Ukraine et la Russie ne soient qu’un « écran de fumée » utilisé par le Kremlin avant une nouvelle offensive. Dans une interview au quotidien The Times, Liz Truss, a dit être « très sceptique » sur les négociations, estimant que la Russie s’en servait comme une diversion pour « regrouper » ses forces.

La Belgique repousse de 10 ans sa sortie du nucléaire

Inquiète face à la flambée des prix de l’énergie en raison de l’invasion russe en Ukraine, la Belgique a décidé ce vendredi de repousser de 10 ans sa sortie du nucléaire prévue initialement en 2025 : « Le gouvernement a décidé de prendre les mesures nécessaires pour prolonger de 10 ans la durée de vie des deux réacteurs nucléaires les plus récents », a écrit le Premier ministre Alexandre De Croo dans un communiqué. « Cette prolongation doit permettre de renforcer l’indépendance de notre pays vis-à-vis des énergies fossiles », a-t-il expliqué.

10h21 : Le Premier ministre japonais en Inde pour des discussions « franches » sur l’Ukraine

Le Premier ministre japonais, Fumio Kishida, est attendu ce samedi en Inde pour des « discussions franches », selon Tokyo, sur le manque de volonté de New Delhi de condamner l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Contrairement aux autres membres de l’alliance du « Quad » -le Japon, l’Australie et les Etats-Unis-, l’Inde s’est abstenue lors des votes de trois résolutions à l’ONU condamnant l’opération militaire de Moscou, et s’est contentée d’appeler à l’arrêt des violences.

9h45 : Un grand gala de danseurs étoiles pour l’Ukraine organisé ce samedi à Londres

Des stars internationales du ballet vont offrir ce samedi, à Londres (Royaume-Uni) un grand gala humanitaire pour l’Ukraine, afin de lever des fonds et envoyer « un message d’unité » contre cette guerre « horrible ». « En tant qu’artistes, nous avons du talent et nous devons l’utiliser pour dire ce en quoi nous croyons. L’art a une voix et c’est la voix que nous utilisons », a expliqué Ivan Putrov, coordinateur du gala de danse qui se tiendra à guichet fermé au London Coliseum, siège de l’English National Opera.

Parmi les étoiles attendues, la Russe Natalia Osipova, l’Argentine Marianela Núñez et la Japonaise Fumi Kaneko (Royal Ballet), l’Ukrainienne Katja Khaniukova, l’Espagnole Katja Khaniukova et l’Américaine Emma Hawes (English National Ballet). Le Français Mathieu Ganio de l’Opéra de Paris doit aussi participer.

La danseuse russe Natalia Osipova




Photo Philippe DESMAZES/AFP

En immersion avec les chasseurs alpins français en Roumanie

Le 27e bataillon des chasseurs alpins d’Annecy s’entraîne depuis trois semaines sur une base de l’OTAN située à Constanta, en Roumanie, à une centaine de kilomètres de la frontière ukrainienne. Retrouvez notre reportage en images.

9h39 : Un corridor humanitaire dans la région de Louhansk

Un corridor humanitaire doit s’ouvrir ce samedi matin dans la région de Louhansk, a annoncé le gouverneur Serhiy Gaiday sur Telegram. « Un accord sur un corridor humanitaire a été accepté, nous allons essayer d’évacuer des civils aujourd’hui et de fournir de la nourriture »a-t-il précisé.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.

Gérer mes choix



9h20 : 112 enfants tués par la guerre en Ukraine

Cent-douze enfants ont été tués par la guerre en Ukraine depuis le début de l’invasion russe, a déclaré ce samedi le parquet général ukrainien. Selon le ministère public, qui a diffusé cette information sur une boucle Telegram précise l’agence de presse Reuters, 140 enfants ont également été blessés.

Aux frontières de la guerre avec les chasseurs alpins français en Roumanie

Nos reporters Denis Masliah et Xavier Frère ont partagé le quotidien des chasseurs alpins du 27e BCA d’Annecy engagés dans la protection des frontières orientales de l’OTAN, en Roumanie. Découvrez en vidéo à quoi ressemble le quotidien des militaires français.

8h26 : La Russie affirme avoir utilisé des missiles hypersoniques en Ukraine

Le ministère russe de la Défense a déclaré avoir utilisé vendredi des missiles hypersoniques « Kinjal » pour détruire un entrepôt souterrain d’armements dans l’ouest de l’Ukraine. Son emploi est une première. Ce type de missiles, très manœuvrable, défie tous les système de défense anti-aérienne, selon Moscou.

Les missiles balistiques hypersoniques « Kinjal » et ceux de croisière « Zircon » appartiennent à une famille de nouvelles armes développées par la Russie et que M. Poutine qualifie d’« invincibles ».



Photo Sergei GUNEYEV/AFP



Poutine disparaît subitement des écrans en plein discours sur scène

Le président russe a soudainement disparu vendredi des écrans en plein discours au cours d’un grand concert à Moscou célébrant l’annexion de la Crimée ukrainienne en 2014. Vladimir Poutine était en train de louer l’héroïsme des soldats russes engagés en Ukraine, devant des dizaines de milliers de personnes dans un stade, quand soudain la chaîne de télévision publique russe Rossiya-24 a commencé à montrer d’autres moments du même évènement, discours officiels et chansons populaires. Notre article détaillé à lire ici.

7h26 : Bill Clinton et George W. Bush déposent des fleurs pour l’Ukraine à Chicago

Deux anciens président américains, le démocrate Bill Clinton et le républicain George W. Bush, ont marqué vendredi leur soutien à l’Ukraine, en visitant une église ukrainienne de Chicago. Les deux hommes, qui portaient des rubans bleu et jaune aux couleurs de l’Ukraine, ont déposé des bouquets de tournesols, emblème de ce pays, devant l’église catholique Saints Volodymyr et Olha avant de se recueillir quelques instants. L’initiative visait à montrer leur « solidarité avec le peuple de l’Ukraine », explique une vidéo de leur visite publiée sur le compte Twitter de Bill Clinton ainsi que sur le compte Instagram de George W. Bush.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.

Gérer mes choix



En Russie, Telegram et WhatsApp échappent encore au blocage

Les messageries WhatsApp et Telegram ont été épargnées, pour l’instant, par les blocages des autorités russes qui ont frappé leurs concurrents étrangers, mais demeurent en sursis, selon des experts. Depuis le début de l’invasion de l’Ukraine, Facebook, Twitter et Instagram ont été successivement désactivés en Russie, tandis que TikTok a, de lui-même, suspendu la possibilité de télécharger de nouveaux contenus.

7h05 : Zelensky appelle à discuter sérieusement pour éviter des pertes sur des générations

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a lancé ce samedi un appel à Moscou, estimant qu’il était « temps » de discuter de « paix et de sécurité » faute de quoi les conséquences pour la Russie se feront ressentir sur plusieurs générations.

« Des négociations portant sur la paix et la sécurité pour l’Ukraine sont la seule chance pour la Russie de minimiser les dégâts causés par ses propres erreurs », a-t-il déclaré dans une vidéo publiée sur Facebook, filmée de nuit dans une rue déserte. « Il est temps de nous réunir. Il est temps de discuter. Il est temps de restaurer l’intégrité territoriale et la justice pour l’Ukraine », a plaidé le chef d’Etat. « Autrement, a-t-il prévenu, les pertes pour la Russie seront telles qu’il faudra plusieurs générations pour qu’elle s’en remette ».




Photo AFP

6h53 : Washington a averti la Chine contre tout soutien militaire à la Russie

Le président américain, Joe Biden, et son homologue chinois, Xi Jinping, se sont appelés, vendredi. Ce dernier a assuré qu’un « conflit n’est pas l’intérêt de personne », selon la version de Pékin. De son côté, Biden a « décrit les implications et conséquences si la Chine fournissait un soutien matériel à la Russie alors qu’elle mène une attaque brutale contre les villes et civils ukrainiens », a fait savoir la Maison Blanche. Les deux dirigeants ont signalé leur volonté de « garder des canaux de communication ouverts » lors de cet entretien qui a duré près de deux heures.



Photo d'archives AFP



Macron a fait part à Poutine de sa « préoccupation extrême » concernant Marioupol

Vendredi, un autre entretien téléphonique d’importance s’est déroulé, entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine. Le président français a fait part de « sa préoccupation extrême » concernant Marioupol, a assuré l’Elysée. L’hôte du Kremlin a lui, une nouvelle fois, accusé l’Ukraine de « nombreux crimes de guerre commis quotidiennement par les forces de sécurité et les nationalistes ». 

6h48 : La journaliste russe qui a brandi une pancarte anti-guerre ne « renie rien »

Marina Ovsyannikova, la journaliste qui a brandi une pancarte anti-guerre à la télévision russe, a expliqué vendredi sur BFMTV qu’elle ne « reniait pas » son geste et qu’elle le « referait », malgré les poursuites à son encontre. « Oui je le referais. Le monde entier a pu voir que toute la Russie n’était pas pour la guerre. »

6h47 : Moscou annonce un « rapprochement » des positions dans ses pourparlers avec Kiev

Le chef de la délégation russe pour les pourparlers avec Kiev a annoncé vendredi avoir constaté un « rapprochement » des positions sur la question d’un statut neutre de l’Ukraine et des progrès sur celle de la démilitarisation du pays. « Le sujet du statut de neutralité de l’Ukraine et de sa non-adhésion à l’Otan est l’un des points clés des négociations, c’est le point sur lequel les parties ont rapproché le plus possible leurs positions », a déclaré Vladimir Medinski, cité par les agences russes. Il a toutefois relevé des « nuances » à propos des « garanties de sécurité » réclamées par l’Ukraine.

En France, les entreprises d’insertion proposent 10 000 emplois aux réfugiés ukrainiens

La Fédération des entreprises d’insertion a fait savoir vendredi que les entreprises de ce secteur proposaient 10 000 emplois à pourvoir d’ici la fin juin pour les réfugiés ukrainiens. « Les entreprises d’insertion proposent de mettre au service de l’accueil des Ukrainiennes et Ukrainiens leur savoir-faire et s’engagent à accompagner 10 000 personnes d’ici la fin juin », indique la Fédération, qui regroupe 600 entreprises du secteur. Notre article complet ici.

6h46 : Premier bilan pour le théâtre de Marioupol, les Russes assurent être entrés dans la ville

Le bombardement mercredi d’un théâtre de Marioupol par des troupes russes, selon Kiev, a fait au moins un blessé grave mais pas de morts, a indiqué vendredi le conseil municipal dans un premier bilan. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait auparavant évoqué des « centaines » de personnes toujours sous les décombres et plus de 130 personnes sauvées. L’armée russe affirme avoir pénétré dans la ville, et y mener des combats dans le centre, aux côtés de troupes de la « république » séparatiste de Donetsk. Par ailleurs, des « missiles » russes ont détruit vendredi une usine aéronautique dans le quartier de l’aéroport de Lviv, grande ville ukrainienne près de la frontière polonaise, sans faire de victime.

  • Les environs de l’aéroport de Lviv, dans l’ouest de l’Ukraine, ont été touchés par des « missiles » russes, tandis que des bombardements ont touchés la capitale Kiev et ont fait un mort et quatre blessés selon les secours.
  • Des combats sont en cours à Marioupol, ville dévastée par les frappes russes et où le maire fait état de 2 200 morts depuis le début de l’invasion. En revanche, le bombardement d’un théâtre n’a pas fait de mort, selon un premier bilan.
  • Un nouvel appel téléphonique a eu lieu entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine. Le premier a fait part de sa « préoccupation extrême » concernant Marioupol.
  • Vladimir Poutine a accusé l’Ukraine de « crimes de guerre » et aussi de « faire traîner » les pourparlers sur le conflit.
  • Le président américain Joe Biden s’est entretenu avec le président chinois pour notamment adresser une mise en garde contre toute tentation de soutenir Moscou.
  • Vladimir Poutine s’est adressé aux Russes depuis le stade de foot de Loujniki, où était célébré ce vendredi l’anniversaire de l’annexion de la Crimée. Il a de nouveau dénoncé un « génocide » dans le Donbass et assuré que la Russie allait réaliser « tous ses plans ».
  • En France, les entreprises d’insertion proposent déjà 10 000 emplois aux réfugiés ukrainiens, dans des secteurs aussi divers que le BTP, l’agriculture ou le numérique.

6h45 : Bonjour à tous, bienvenue dans ce direct où nous allons suivre la situation autour du conflit en Ukraine, ce samedi 19 mars, au 24e jour de l’invasion russe.





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.