Politics

La Turquie multiplie les ventes d’armes à l’étranger



Cherchant à s’affranchir de sa dépendance aux importations d’équipements militaires et aux embargos qu’elle a pu subir depuis 1974, la Turquie a développé sa propre industrie. Cette dernière se tourne de plus en plus vers l’export, observe la presse du pays.

L’industrie de défense turque gonfle ses muscles, notamment à l’international. En 2021, les entreprises du pays ont exporté pour 3,2 milliards d’armes à l’étranger. Un chiffre “qui pourrait atteindre 4 milliards cette année”, indique Daily Sabah.

Selon le quotidien progouvernement, les Philippines sont ainsi devenues début mars le premier pays étranger à recevoir les hélicoptères d’attaque et de reconnaissance Atak, vendus pour 280 millions de dollars.

Et à la mi-mars, ce sont les tanks turcs qui se sont vendus pour la première fois à l’étranger, plus précisément en Indonésie, rapporte le quotidien Aksam. Ces chars légers Kaplan MT sont fabriqués dans le cadre d’un accord entre les industries de défense des deux pays, qui comprend notamment un volet de transfert de technologies.

La fin de la dépendance aux importations ?

Autre bonne nouvelle pour le secteur : la livraison le 14 mars par la Corée du Sud des moteurs destinés au premier programme de chars de combat Altay, qui peinait à progresser depuis son lancement en 2007, rapporte Daily Sabah dans un autre article. L’industrie de la défense turque reste en effet encore très dépendante de ce type d’importations.

Le pays cherche néanmoins à s’affranchir de cette dépendance et plus globalement de la dépendance aux importations d’équipements, comme en témoignent les récentes déclarations d’Ismail Demir, directeur de l’industrie de la défense turque, rapportées par le quotidien Milliyet.

Alors que des conflits font rage partout autour de nous, nous n’avons pas le luxe de pouvoir dépendre de l’étranger dans ce secteur stratégique, nous

[…]





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.