Sports

Le Barça tremble face à une D3 en Coupe du Roi, le Real aussi


Le FC Barcelone de Xavi, ce n’est pas encore ça… Ce mercredi, les Catalans ont éprouvé bien des peines pour écarter Linares, pensionnaire de Primera Division RFEF, en 16e de finale de la Coupe du Roi (1-2). Même chose pour le Real Madrid face à Alcoyano (1-3).

Trois jours après le déplacement victorieux à Majorque en championnat (0-1), ce petit détour par l’Andalousie et Linares en Coupe du Roi n’aura pas été de tout repos pour le Barça. Face aux pensionnaires de Primera Division RFEF – la troisième division espagnole – les Blaugranas ont été pour le moins bousculés. Pire, ils ont été rapidement et longtemps mené au score…

Hugo Diaz a en effet frappé le premier dans ce 16e de finale, buteur d’une tête plongeante bien sentie dans la surface catalane, au beau milieu d’une défense totalement apathique (1-0, 19e). Une arrière-garde une nouvelle fois peu rassurante, pourtant encadrée par les expérimentés Alba et Dani Alves – lequel a joué là son premier match depuis plus de cinq ans avec le Barça – et d’autant plus friable que Neto, dans la cage, a multiplié les approximations.

Dembélé décisif

A peine remis du covid-19 et lancé à la pause par Xavi, Dembélé – dont l’avenir on ne peut plus flou fait polémique de l’autre côté des Pyrénées – a su sonner la révolte peu après l’heure de jeu, d’un tir enroulé mal lu par le portier adverse (1-1, 63e). Puis Jutgla a trouvé la faille dans la foulée pour faire respecter la logique de la hiérarchie en dépit d’un match sans relief de la part des Blaugranas (1-2, 69e). Il faudra aux Barcelonais être bien plus convaincants dans une semaine face au Real Madrid, en demi-finale de la Supercoupe d’Espagne.

La Maison blanche, justement, n’a pas été des plus souveraines non plus face à Alcoyano, autre équipe issue du troisième échelon de la hiérarchie ibère, plus tard dans la soirée. Dans un remake du 16e cauchemardesque perdu par les Merengues face à ce même adversaire la saison passée (2-1, après prolongation), le Real toutefois a su s’épargner bien des tracas en s’imposant 1-3 au forceps.

Comme l’an dernier, Militao s’est mis en évidence le premier (0-1, 39e). Mais comme l’an dernier, les joueurs de la communauté valencienne ont répliqué, par Vega (1-1, 66e). Un simple contre-temps cependant pour les hommes de Carlo Ancelotti, qui dans le quart d’heure ultime ont fait la différence par Asensio (1-2, 77e) et Isco (1-3, 79e), deux jokers gagnants dans cette partie. L’honneur madrilène, cette fois, est sauf.





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.