Politics

Le dernier rêve de Daniel Lévi


C’était un chanteur romantique et surtout une voix et un grand pianiste qui avait su séduire le conservatoire. Daniel Lévi vient de disparaitre. Souvenirs d’une amitié.

Daniel était un fraternel. Un ami de la paix. Un artiste d’une incroyable culture. L’actualité le passionnait autant que l’Histoire des religions sur lesquelles il pouvait disserter pendant des heures. 
Il était l’éternel Moïse de la Comédie Musicale. 
Il était aussi la star de ce tube international “L’Envie d’Aimer” que même Cécile Dion n’a voulu chanter qu’avec lui. Elle est venue à Paris pour cela et pour le convaincre d’un duo ensemble. 
Daniel Lévi aimait l’amour comme le répétait Jean d’Ormesson. Il était cet homme qui souriait au bonheur et qui faisait d’une épreuve une étape à franchir pour mieux se rapprocher de la plénitude. 
Avec Sandrine, son épouse d’une incroyable force, il aura traversé des tempêtes et des jours de soleil, en trouvant à chaque fois la part utile d’une aventure humaine à vivre. 
Daniel était comme cela, porté par sa voix unique et puissante, celle qui caresse les oreilles et le cœur, il avait fait des rêves, lui le lauréat du conservatoire, le pianiste de tous les accords, de toutes les musiques. 
Des rêves de scènes, d’Olympia, d’expériences artistiques inédites comme sa participation à la web série “Paris Match en scène”, à l’heure du confinement et son récital sous les arbres centenaires du Mas Candille à Mougins au moment du Festival de Cannes pour célébrer, avec notre magazine, les marchands de journaux. 
Il était ce frère capable de déplacer des montagnes, même lorsque son protocole de soin se durcissait. Je me souviens de ce moment dans l’émission Match + que je présentais. Il était fatigué sous le poids du traitement médical, mais confiant et surtout il ne voulait pas rater la surprise que je lui avais réservée : une conversation en direct avec l’immense acteur Michael Lonsdale. Michael donna ce jour-là sa dernière interview et Daniel venait d’échanger avec l’acteur du film “Des Hommes et des Dieux” sur la place du sacré aujourd’hui. Incroyable mais vrai, le reste de la journée fut rempli de lumières, Daniel était inspiré. Revigoré. 
Son dernier rêve porte le nom de son enfant qui est née il y a peu de temps. 
Cher Daniel, tu as montré les mérites des rêves. Il en faut beaucoup pour marcher sur le chemin de la vie. Une belle philosophie qui t’a accompagnée. Une belle philosophie pour tous. A toi, le chanteur du dialogue entre les uns et les autres : “Shalom Haver”, parce que l’hébreu était ta langue profonde. 



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.