Politics

Le Moyen-Orient, prochain terrain de rivalité entre Pékin et Washington ?



Dix-huit mois après son entrée en fonction, le président Joe Biden s’est rendu pour la première fois au Moyen-Orient – une région qui était jadis au centre de la politique étrangère de son pays. La question de la Chine n’était cependant pas loin, même avec ces alliés de longue date.

“Nous devons faire de notre mieux pour concurrencer et dépasser la Chine”, avait-il écrit avant son voyage.

L’empreinte de la Chine se fait de plus en plus visible dans le monde et les acteurs de la politique étrangère américaine commencent à songer que c’est au Moyen-Orient que la rivalité entre Pékin et les Washington risque d’exploser.

La deuxième économie du monde élargit son portefeuille – des domaines de coopération traditionnels comme le pétrole et le gaz naturel aux fameuses nouvelles routes de la soie, où elle profite de la pandémie de Covid-19 pour fournir des soins médicaux aux pays qui en ont besoin – et fait clairement comprendre que c’est pour longtemps.

Les États-Unis considérant que le Moyen-Orient se trouve sous leur protection, la rivalité qu’ils entretiennent avec la Chine ne peut qu’augmenter dans la région.

Un “orientalisme romantique”

“Au fur et à mesure que l’empreinte chinoise grandit, on voit apparaître dans la région un orientalisme romantique à l’égard de la Chine et naître l’idée qu’elle constitue une alternative potentielle aux États-Unis pour s’attaquer aux problèmes locaux plus profondément”, déclare Mohammed Turki Al-Sudairi, du Centre de recherche et d’études islamiques, en Arabie saoudite.

Selon certains, cela pourrait rapprocher le Moyen-Orient de la Chine, alors que les États-Unis détournent progressivement leur politique ét rangère de la région et leur politique énergétique du pétrole. Preuve que les liens qui les unissent vont croissant, en mars, l’Arabie saoudite a fait part de sa disposition à être payée en yuans pour ses ventes de pétrole à la Chine – alors que le système international actuel repose uniquement sur le dollar.

L’Arabie saoudite est le principal fournisseur de pétrole b



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.