Politics

Martine Vassal : « L’Afrique est une destination économique prioritaire »




Alors que la géopolitique et la géoéconomie du monde sont en train d’être bouleversées par l’évolution d’une situation internationale qui semble ouvrir une nouvelle ère, quel regard poser sur la relation entre l’Afrique, la France et l’Europe ? Quelles initiatives prendre pour être au rendez-vous des défis d’un avenir sur lequel beaucoup s’interrogent ? Martine Vassal, présidente de la métropole d’Aix-Marseille-Provence et également présidente du conseil départemental des Bouches-du-Rhône, s’est confiée au Point Afrique.

Le Point Afrique : Après Emerging Valley et Emerging Mediterranean, Marseille a reçu, un mois après le sommet Union européenne-Union africaine qui s’est tenu à Bruxelles, le forum Europe-Afrique autour de la thématique « Métropoles européennes et africaines, les actrices de la relance mondiale ». En quoi cet engagement de la cité phocéenne dans le dialogue Europe-Méditerranée-Afrique vous paraît-il opportun et pertinent dans ce moment troublé que le monde vit avec la crise en Ukraine ?

Martine Vassal : Alors que nos mondes vivent sous la menace des incertitudes ou des drames humanitaires et sécuritaires, l’actualité nous montre qu’il est plus que jamais de notre devoir de continuer à construire, à tisser des liens entre nos peuples, nos cultures et nos continents. Ce contexte troublé nous rappelle combien cette vérité doit être une priorité à chaque fois renouvelée. J’ai voulu ainsi profiter de l’occasion qui m’a été donnée en accueillant la première édition du forum Europe-Afrique, pour réaffirmer l’importance des enjeux de coconstruction dans la stabilité du monde, pour souligner l’impérieuse nécessité de coopérer, de développer des partenariats, afin de garantir une paix durable. Il est incontestable que l’Afrique, dans toute sa diversité, est et sera un des moteurs mondiaux de la croissance. Elle l’a démontré, entre autres, grâce à une population jeune, un esprit d’innovation et une mobilisation incroyable pour fabriquer des solutions innovantes ! Elle a su s’imposer comme un acteur commercial qui compte et disposer de moyens pour financer son développement. Je veux croire, au moment de refonder la relation entre nos deux régions du monde, que nous, Aix-Marseille-Provence, pouvons être source d’inspiration en raison des bonnes pratiques que nous avons développées pour renforcer cette complémentarité.

À LIRE AUSSIComment la France entend se ressaisir en Afrique

D’aucuns appellent à la mise en place d’un nouveau paradigme pour une refondation porteuse d’espoir et d’innovation partagée entre l’Europe, la Méditerranée et l’Afrique. Quelles sont les pierres déjà posées par Marseille dans ce sens et comment la métropole Aix-Marseille-Provence envisage-t-elle désormais de nourrir cette ambition ?

Hub numérique et logistique reconnu, le territoire de la métropole Aix-Marseille-Provence s’inscrit comme une véritable terre d’accueil pour les entreprises inscrites dans la relation Afrique-Europe, grâce à des infrastructures de taille mondiale (1er port français vers l’Afrique, 1er hub aérien régional vers l’Afrique, câbles sous-marins…), notre positionnement géostratégique exceptionnel, nos liens historiques, économiques, culturels, notre écosystème dynamique tourné vers la Méditerranée… Tous ces atouts confèrent à notre territoire un rôle unique de trait d’union. Cinq mille talents africains, étudiants, entrepreneurs, cadres, sont formés ou accompagnés, chaque année, au sein de notre université, premier pôle d’enseignement supérieur francophone du monde. Le campus de Marseille de l’Agence française de développement (AFD) a ainsi accompagné plus de 15 000 cadres à Marseille en quinze ans, et Aix-Marseille-Université forme plus de 3 000 étudiants africains chaque année. La métropole Aix-Marseille-Provence accueille un tissu d’entreprises fortement impliquées dans la relation avec l’Afrique, avec de grandes entreprises emblématiques, comme CMA CGM, l’Olympique de Marseille, la Compagnie fruitière, mais aussi avec une communauté exemplaire d’entrepreneurs du réseau Africalink. Notre métropole concentre 20 % des investissements africains en France, à l’image de l’implantation d’Ingenio, une entreprise congolaise spécialisée dans les télécoms, du groupe HPS d’origine marocaine, un des leaders mondiaux de la monétique, ou encore de la start-up Lifi-Led, fondée par un ingénieur de Côte d’Ivoire. Ces exemples sont la preuve, s’il en est, du fort potentiel partenarial qu’il nous appartient, à tous, Européens et Africains, de faire fructifier tant les défis sont grands !

À LIRE AUSSIAfrique-France : « Reconnaître que notre histoire commune n’est pas terminée »

Autant dans l’édification des villes de demain que dans une approche pratique et adaptée du numérique, la métropole Aix-Marseille-Provence s’est positionnée en tant qu’espace et laboratoire de réflexion entre l’Europe et l’Afrique. Comment voyez-vous l’offre de Marseille comme pont et comme actrice de premier plan de la coconstruction entre ces deux espaces dans les années à venir ?

En identifiant le continent africain comme une destination économique prioritaire de la métropole, nous avons mesuré, à l’évidence, l’ampleur du pari à relever et la responsabilité, qui est la nôtre, en tant que capitale Euromed-Afrique, dans la construction de nouvelles alliances. Les enjeux qui se nouent, tant sur le plan de la paix que de l’éducation, de la formation, des échanges de savoirs, de la santé, sont considérables. À la tête de la métropole Aix-Marseille-Provence et du conseil départemental des Bouches-du-Rhône, je me suis attachée à le faire, en encourageant les entreprises africaines à s’internationaliser, en incitant nos entreprises locales à échanger et à investir, en fédérant à travers « Provence Africa Connect » toutes les énergies pour grandir ensemble, à l’image de ce que nous réalisons avec Emerging Valley, ce grand rendez-vous de la tech africaine et européenne. Si les métropoles sont, aujourd’hui, actrices de la relance économique et des transitions, c’est aux futures générations qu’il appartiendra de faire vivre une nouvelle alliance euro-africaine. Il nous incombe, dès à présent, de les aider à développer leurs compétences, de les inciter à créer et à innover. Ensemble !

À LIRE AUSSIPascal Blanchard : « Pouvoir entendre toutes les mémoires pour avoir une histoire »

À LIRE AUSSIJean-Michel Huet : « C’est le moment d’aller en Afrique »




Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.