Entertainment

Mathieu Kassovitz et JR dévoilent une fresque géante à Lviv, en soutien au peuple ukrainien


Mathieu Kassovitz et le street artiste JR ont dévoilé une fresque géante à Lviv pour soutenir les Ukrainiens.

Alors que l’invasion russe en Ukraine entame sa troisième semaine, de nombreuses voix s’élèvent pour que prenne fin ce conflit, qui aurait déjà causé la mort de 15 000 personnes et la fuite de plus 3 millions de réfugiés.

Très engagé aux côtés du peuple ukrainien, Mathieu Kassovitz fait par exemple partie de ceux qui n’ont de cesse de dénoncer l’offensive, lancée le 24 février dernier par l’armée de Vladimir Poutine.

Pour exprimer son soutien au peuple ukrainien, l’acteur et réalisateur s’est d’ailleurs rendu ce lundi dans la ville de Lviv, à l’ouest de l’Ukraine, en compagnie du street artiste JR.

Le duo en a profité pour y installer une fresque géante représentant une petite fille souriante, afin de rendre hommage à la population locale et notamment aux enfants.

Crédit photo : @donttakefake

JR et Mathieu Kassovitz installent une fresque géante à Lviv en soutien aux Ukrainiens

Comme l’a expliqué Mathieu Kassovitz, interrogé par nos confrères de TF1, cette œuvre gigantesque, censée être visible depuis le ciel, est une manière de soutenir le peuple ukrainien et de « faire comprendre cette énergie si typique à l’Ukraine ».

« Ce qui se passe dans ce pays devrait toucher le monde entier. Au-delà de la guerre, il y a un pays qui se révolte et qui ne tombera pas. Cette force-là, cette énergie, cet espoir, on en a tous besoin aujourd’hui », a ainsi déclaré le réalisateur de la Haine dont le compte Instagram arbore un drapeau ukrainien en photo de profil.

Ce dernier a par ailleurs confié qu’il s‘était déjà rendu en Ukraine par le passé dans le cadre du tournage de la série « Le Bureau des légendes ». À l’époque, en 2014, Mathieu Kassovitz avait même pu rencontrer des Ukrainiens, alors que la guerre dans le Donbass sévissait.

De son propre aveu, le cinéaste s’était vite rendu compte qu’il « avait affaire à des gens qui étaient ultra-nationalistes dans le bon sens, c’est-à-dire (…) fiers de leur pays » qu’ils voulaient « protéger absolument ».

Et l’intéressé de confier qu’il aurait pu s’engager aux côtés des Ukrainiens s’il n’avait pas eu d’enfants.





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.