Entertainment

“Même s’il y a d’autres avantages…” : pourquoi Maddy Burciaga ne souhaite pas accoucher en France


Dans quelques jours, Maddy Burciaga donnera naissance à son premier enfant. L’épouse de Benjamin Samat va accoucher de son fils à Dubaï et non pas en France.

Plus que quelques jours à attendre pour Maddy Burciaga. D’ici deux semaines en effet, l’épouse de Benjamin Samat deviendra maman pour la toute première fois. Et pour donner la vie à son bébé, la jeune femme n’a pas choisi de rentrer en France, contrairement à Nabilla par exemple. C’est en effet à Dubaï, où elle vit depuis des mois, que Maddy Burciaga compte accoucher. “Je ne vois pas trop l’intérêt d’aller accoucher en France, pour rentrer chez moi à Dubaï. Ici, je suis suivie par ma gynécologue, donc ça me rassure d’accoucher là où j’ai été suivie depuis le début, a-t-elle confié à ses abonnés sur son compte Instagram ce dimanche 18 septembre. Même s’il y a d’autres avantages en accouchant en France, moi, je me sens bien d’accoucher ici.”

Sur le réseau social, Maddy Burciaga a ensuite expliqué que, contrairement à ce que beaucoup pensent, le système de santé est aussi avantageux à Dubaï. “Il faut savoir qu’on a une mutuelle, comme en France, qui nous prend en charge dans le monde entier, a lancé l’épouse de Benjamin Samat. Cela veut dire que si j’accouche ou que j’ai une gastro, je n’ai pas besoin d’aller en France pour me faire soigner ou être remboursée. Puisqu’ici, on paye une assurance qui nous prend en charge à 100%.” En août dernier déjà, elle défendait son choix d’accoucher loin du pays dans lequel elle a vécu de longues années. Maddy Burciaga expliquait alors en avoir longuement parlé avec le père de son futur bébé, d’accord avec elle sur toute la ligne et sur l’endroit où leur enfant poussera son premier cri.

Maddy Burciaga : “A choisir, je préfère qu’il arrive un peu avant”

“Je souhaite accoucher à Dubaï”, a-t-elle expliqué avant d’ajouter : “C’est pour cela qu’on va rentrer plus tôt que d’habitude pour que je puisse voyager et être sur place un peu avant mon terme. Au cas où en attendant baby”. Maddy Burciaga avait déjà expliqué se sentir en sécurité à Dubaï et elle comptait également y scolariser son bébé. C’est donc là-bas qu’il verra le jour mais aussi qu’il sera élevé. D’autant qu’elle s’estime mieux suivie à Dubaï qu’en France. “Je ne vous cache pas que ça a été assez expéditif. Moi qui étais trop excitée de ce rendez-vous…, déplorait la future maman après son échographie du troisième trimestre. C’est vrai qu’à Dubaï ils prennent vraiment le temps. J’étais restée 1h30 quand j’avais fait ma grosse écho du deuxième trimestre.”

“Elle m’avait tout montré, tout expliqué en détail, elle avait vraiment cherché à essayer d’avoir le visage du bébé, ajoutait Maddy Burciaga. Là, ça a été un peu expéditif, donc un peu déçue, mais l’essentiel est que bébé va bien.” Début octobre donc, la jeune femme devrait accoucher de son premier enfant, un petit garçon que les futurs parents attendent avec beaucoup d’impatience. “Si bébé arrive avant, il arrive avant, et si il va à terme, il va à terme. Mais c’est vrai que par rapport aux examens etc, il y a des risques qu’il arrive plus tôt. Donc on se languit, assurait-elle il y a quelques jours. C’est vrai qu’à choisir, je préfère qu’il arrive un peu avant, sachant que là à 38 semaines, le bébé est considéré comme nickel (…) Donc en gros si il arrive maintenant il n’y a pas de problèmes, plutôt que d’aller à 40 semaines, et d’être forcée d’être déclenchée puisqu’ici c’est le maximum.”

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.