Sports

Musique, voitures, chaussures, cuisine… L’interview décalée de Yoan Makoundou


Appelé avec les Bleus pour la dernière fenêtre internationale, même s’il n’a pas joué en match, Yoan Makoundou est une des valeurs montantes du basket tricolore.

Après une nouvelle saison en gros progrès à Cholet, qu’il a ramené en playoffs après une fin de saison tout bonnement ébouriffante, l’intérieur bondissant formé à Melun a entendu son nom dans plusieurs rumeurs qui le lient à des grands clubs français et quelques autres à l’étranger, dont Murcie en Espagne, et pourquoi pas outre-Atlantique à terme.

En tout état de cause, après avoir été récemment de passage à Sacramento et dans d’autres franchises NBA pour quelques workouts en amont de la dernière Draft, Makoundou a accepté bien gentiment de répondre à nos questions sur son jardin privé.

On commence à bien connaître Yoan Makoundou, le joueur, aussi polyvalent qu’explosif vers le cercle. Apprenez à connaître, Yoan Makoundou, l’homme.

Votre premier souvenir basket ?

Un de mes premiers dunks à Bois le Roi. C’était mon premier dunk. Je devais avoir 15 ans. J’ai un coéquipier qui m’envoie le alley oop. J’ai gardé la vidéo d’ailleurs. Il m’envoie le ballon et je le dunke. Même si c’était plus un jeter de ballon en fait.

Votre dunk préféré ?

Le rider ou le moulin à vent. J’hésite entre les deux…

Votre première idole ?

Kevin Durant. Il a un physique assez longiligne comme moi.

Votre premier maillot ?

Je crois que c’était LeBron à Miami. Mon frère est un grand fan de Miami. Le premier maillot que j’ai porté, c’était celui de Dwyane Wade. Mais le premier que j’ai eu à moi, c’était LeBron. Il me semble que c’est l’année du titre. Un maillot rare en plus. Le Big Three du Heat était incroyable.

La première fois que vous avez pensé passer pro ?

Quand j’ai commencé à bien me débrouiller en Espoirs [avec Cholet Basket]. Sur ma deuxième année Espoirs, c’était la première fois où je me sentais vraiment dominant, au-dessus. C’est à partir de là que je me suis dit que j’avais une chance de passer pro.

La première fois que vous vous êtes senti prêt pour la NBA ?

Quand j’ai commencé à bien jouer en Jeep Elite, et puis aussi en Coupe d’Europe. C’est à partir de ce moment que je me suis dit que je pourrai peut-être tenter le coup. [Et puis, vous avez goûté à l’Equipe de France également]. Oui, c’était énorme. C’est une bonne façon de voir où j’en suis. C’est comme ça que je le conçois. J’ai pu voir ce sur quoi je dois encore travailler.

S’il n’y avait pas eu le basket ?

C’est une bonne question. Je me la pose parfois. J’aime beaucoup les voitures, donc je pense que j’aurais fait un truc en rapport avec ça. Monter une petite boîte avec des amis. [Dans le tuning ?] Non, non, j’aime quand les voitures sont authentiques, j’aime pas trop faire les modifications. Les Mustangs, ce genre de vieilles voitures.

Votre ville NBA préférée ?

New York. J’aime trop l’énergie qu’il y a là-bas. Je ne suis pas encore allé au Madison Square Garden. J’ai déjà fait le Staples Center, c’est la seule salle NBA que j’ai fait, donc on va dire que c’est ma préférée pour l’instant. Mais j’ai un gros souvenir là-bas, une bonne anecdote. Il y a des animations à la mi-temps comme toujours, et c’est moi qu’ils ont appelé pour venir danser sur le terrain [rires] ! C’était magnifique. J’étais placé assez haut mais ils m’ont repéré direct.

Votre salle préférée en Europe ? 

Je suis un enfant de la ville de Cholet, je vais dire la Meilleraie. C’est là que tout a commencé pour moi.

Votre paire de chaussures préférée ?

En ce moment, c’est les Jordan 5, les Soft white, c’est une création. Sinon, pour jouer, je dirais les Kobe. J’ai beaucoup joué avec des Kyrie aussi mais je dirais les Kobe quand même.

Votre plat préféré ? 

C’est le plat de ma mère, le « Madjésou ». Un nom plus commun, c’est le bassi. Ce sont des boulettes de viande avec une sauce à base de pâte d’arachides et c’est incroyable. De mon côté, je cuisine un peu, ça m’arrive de temps en temps. Le plat que je fais le plus souvent, c’est des pâtes en sauce avec du poulet.

Votre film préféré ?

La série Taxi [rires]. Ah ouais, ça c’est mon truc. Samy Naceri, c’est mon gars sûr [rires] ! Le dernier épisode, je n’ai pas aimé. Le 4 s’écartait un peu mais ça allait encore mais le 5, j’ai pas vraiment aimé. Je suis plutôt film que série, parce que les séries, je les finis rarement. Je suis « sci-fi » et horreur à fond.

Votre jeu vidéo préféré ?

Je reprends en ce moment. Quand j’étais petit, j’étais plus « gamer » mais j’ai arrêté pendant un moment. Là, j’ai repris avec Call of Duty. Sinon, je joue forcément à tous les jeux de voiture, avec toutes les voitures de rêve. Des courses dans un monde libre. Need for Speed, Forza, ce genre de jeux.

Votre livre préféré ?

C’est Kilomètre zéro, c’est un livre sur le bien-être. C’est un peu philosophique, ce sont plein de petits trucs intéressants pour t’aider dans la vie en général. [Pas de mangas pour vous ?] Non, je ne suis pas trop fan de mangas…

Votre album / artiste préféré ? 

J’écoute tellement de sons différents mais l’artiste qui met tout le monde d’accord, ça reste Drake. Et mon album préféré, c’est Take Care en 2011. Un album qui m’a marqué. J’écoute du hip hop en gros, de la musique « chill » (détente).

[Propos recueillis par téléphone]

Du tac au tac

Cheeseburger ou jambon – beurre ? 

Cheeseburger, parce que je ne mange pas de porc [rires].

Dunk ou contre ?

Dunk. [Comme celui qui a fait le tour de la planète face à Orléans par exemple ?] Oui, comme ça. J’ai rien forcé, ça s’est fait tout seul ! [On imagine qu’il y en a eu d’autres dans la même veine à l’entraînement avant, et depuis ?] Vite fait oui [rires]…

Fromage ou dessert ? 

Dessert. Un tiramisu.

50 points ou triple double ? 

Triple double [littéralement du tac au tac]. J’aime bien faire les passes décisives. Il y a beaucoup de situations où je fais la passe. Mon plus gros score personnel, c’est 42 points mais c’était en jeunes. J’étais encore à Marne La Vallée. En Equipe de France, j’ai mis 39 points et en Championnat, j’ai mis 32, je crois.

Magic ou Bird ? 

Magic. J’aime le jeu flashy et puis, je préfère les Lakers aux Celtics.

Jordan ou Kobe ? 

Jordan. J’ai davantage découvert le personnage avec le documentaire The Last Dance, comme beaucoup de gens. Mais pour moi, c’est lui le GOAT. Kobe, c’est évidemment un grand monsieur mais je dirais Jordan.

Un voyage dans le temps : où et quand ?

C’est des bonnes questions ça ! [Merci !] Je pense que j’irais aux Etats-Unis et au Rucker Park, dans les moments chauds. Ou pendant la série de Finals contre Utah, quand Jordan gagne son dernier titre, avec son dernier tir décisif.

Trois personnes pour un dîner ?

Kobe. Kevin Durant et après, je pense à DeMar DeRozan. Dans l’état d’esprit où je suis maintenant, je pense à eux. Après un Omar Sy pourrait aussi être convié.

Trois objets sur une île déserte ?

De quoi écouter de la musique (un téléphone ou une enceinte). Un panier. Et une piscine !

Un petit reportage sur son fameux dunk

Ses highlights de la saison 

A lire aussi : Nos interviews décalées 

Nicolas Batum 

Vincent Poirier

Clint Capela

Sekou Doumbouya 

Nando De Colo



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.