Politics

offensives russes à Kiev, les cessez-le-feu en négociations


DIRECT. Guerre en Ukraine : offensives russes à Kiev, les cessez-le-feu en négociations

GUERRE UKRAINE. L’Ukraine et la Russie ont repris les négociations au 19ème jour de guerre, Kiev demande un cessez-le-feu et le retrait des troupes de Moscou. La capitale est en proie à de nombreux bombardements ce lundi 14 mars 2022 et partout les offensives russes reprennent.

16:23 – La vidéo d’une frappe aérienne à Kiev

Le risque est partout et imminent dans les grandes villes du territoire ukrainien. Les vidéos d’attaques aériennes lancées dans les centres-villes sont nombreuses à circuler sur les réseaux comme ici où un tir russe atterri à Kiev.

16:09 – Moscou reconnait que “tout ne va pas aussi vite que nous le souhaiterions”

Moscou reconnait des retards et des difficultés dans l’invasion et la guerre en Ukraine. Viktor Zolotov, directeur de la Garde nationale de Russie, a effectivement déclaré que “oui, tout ne va pas aussi vite que nous le souhaiterions” et que les opérations militaires ne se déroulent pas comme prévu. Les déclarations ont été reprise par le service de presse Rosguard.

15:56 – La progression russe stoppée autour du Kiev

Enfin à Kiev, les cinq bataillons positionnés à proximité de la capitale ukrainienne sont retardés dans leur progression par la résistance par l’est et le nord, au niveau de Tchernihiv, puis à l’ouest par les combats à Irpin et Brovary. Michel Goya analyse cependant que les troupes russes sont en train de revoir leur organisation pour peut-être adapter leur stratégie.

15:47 – Les Russes pas assez nombreux pour prendre Mykolaïv

Au sud et au sud-ouest, l’ancien militaire et analyste Michel Goya juge que les forces russes sont insuffisantes pour venir à bout de la défense ukrainienne à Mykolaïv. Mais l’avancé des forces navales postées en mer Noire peuvent venir renforcer les bataillons terrestres. 

15:38 – Forte chance de victoire russe à Kharkiv et Marioupol

Les fronts à l’est de l’Ukraine sont ceux qui présentent le plus chances de réussite pour l’armée russe selon les analyses du spécialiste Michel Goya. Il explique qu’à Kharkiv, au nord-est, et à Marioupol, au sud-est, les forces russes sont en supériorité numériques par rapport à la résistance et à l’armée ukrainienne. Une part d’entre elles est destinée à assiéger les deux grandes villes pendant que le reste des troupes travaille au maintien de la pression militaire à Izyum et Staromlynivka. 

15:29 – “Pause technique” pour les pourparlers

Les négociations entre les délégations russes et ukrainiennes sont mises en suspend. Mykhailo Podoliak a fait savoir sur Twitter : “Les pourparlers ont pris une pause technique jusqu’à demain. Pour des travaux supplémentaires dans des sous-groupes de travail et la spécification de définitions distinctes. Les négociations sont en cours”.

15:01 – 259 frappes de missiles russes tirées en Ukraine depuis le début de la guerre

Selon le commandant en chef des forces armées ukrainiennes, Valery Zaluzhny, à ce jour, pas moins de 259 frappes de missiles ont été tirées sur le territoire de l’Ukraine depuis l’invasion russe et le début de la guerre en Ukraine. Il assure que “le système de défense aérienne, dont on parlait comme inexistant, sauve des milliers de vies paisibles jour et nuit” sans préciser le nombre exact de missiles abattus par la défense ukrainienne.

14:50 – Une nuit sous les bombardements à Kharkiv

A Kharkiv, les bombardements ne sont pas survenus que dans la matinée, la deuxième ville d’Ukraine a passé la nuit sous les tirs de missiles et de bombes. “La région de Kharkiv a eu une nuit difficile. Les occupants russes battaient sans arrêt les zones résidentielles, les hôpitaux, les infrastructures et l’industrie”, a déclaré le siège de la police nationale de le région de Kharkiv, ce 14 mars.

14:38 – La situation en Ukraine à 14h30

Point de situation en Ukraine :

  • Kiev est la cible de plusieurs frappes ce lundi 14 mars 2022. Un bombardement a touché l’usine aéronautique d’Antonov et un immeuble résidentiel et fait deux morts plus sept blessés. Plus tard dans la matinée des explosions ont été entendues aux abords de la ville, résultats de missiles russes interceptés par la défense anti-aérienne de l’Ukraine.
  • Kharkiv a passé la nuit sous les bombardements russes et toutes les frappes ont ciblés des bâtiments civiles : résidences, immeuble d’habitation, hôpitaux ou encore écoles.
  • L’évacuation des civils a commencé à Marioupol ce lundi 14 mars. Les habitants sont nombreux à quitter la ville du sud assiégée par l’occupant russe par le couloir vert qui mène vers Zaporijia. Un régime du silence est respecté par les troupes russes et ukrainiennes le long du corridor. Hier, la Croix-Rouge alertait sur ce qui pourrait bien être le “scénario du pire” et appelait à trouver un accord “le plus vite possible”.
  • La centrale nucléaire de Tchernobyl est de nouveau coupée du réseau électrique. L’événement s’est déjà produit sur le site tombé aux mains des Russes au premier jour de la guerre en Ukraine.
  • Onze couloirs humanitaires doivent être déployés ce lundi en Ukraine selon les déclarations d’une parlementaire ukrainienne.
  • A Odessa, l’assaut russe est encore craint. Le ville portuaire s’est préparée mais les forces de l’occupant pourraient attaquer avec des troupes terrestres, aériennes et navales.
  • Nikolaev, ville portuaire et industrielle du sud de l’Ukraine, essuie de violents bombardements depuis hier, ils sont tirés à une distance de 30 à 50 kilomètres selon le maire. Ce lundi 1 mars 2022, Vitaliy Kim, chef de l’administration régionale, fait état de problème de communication dans la ville.
  • La situation se dégrade à l’ouest, région jusqu’à présent épargnée par les combats. Hier à Lviv, près de la frontière polonaise, une base militaire a été bombardée par huit missiles.

Bilan de la guerre en Ukraine :

  • Le Haut-Commissaire aux réfugiés (HCR), Filippo Grandi, a livré un nouveau bilan du nombre dé réfugiés en provenance d’Ukraine. Ainsi, 2 698 280 réfugiés sont à déploré, soit 100 733 de plus en 24 heures. Les jours se suivent et se ressemblent donc. C’est le plus gros mouvement de population en Europe depuis al fin de la Seconde guerre mondiale.
  • Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a donné un premier bilan humain. Selon lui, en 16 jours de guerre, “quelque 1 300 militaires sont morts dans notre pays, et plus de 12 000 en Russie”, le nombre de soldats ennemis morts pourrait être extrêmement gonflé. Le président ajoute : “Je ne suis pas content que 12 000 d’entre eux soient morts”, rappelant que la plupart des soldats russes ne savent même pas pour quelle raison ils sont engagés dans ce conflit.
  • Selon l’Agence France presse, 2 100 civils ont été tués à Marioupol depuis le début de la guerre. Marioupol est une ville du sud du pays assiégée depuis plusieurs jours. Les autorités locales alertent sur la situation humanitaire catastrophique qui touche la commune.
  • La Russie n’a, pour sa part, pas donné de nouveau bilan. Le dernier, daté du mercredi 2 mars, annonçait la mort de 498 soldats et de 1 597 blessés.

Dernières infos majeures

  • La quatrième séance de pourparlers organisée ce lundi 14 mars 2022 en visioconférence entre les délégations ukrainienne et russe est “difficile” selon Mykhailo Podoliyak, conseiller du président ukrainien. Pourtant , hier Moscou faisait mention de “progrès significatifs”.
  • Selon l’état-major général des forces armées ukrainiennes 400 combattants syriens ont rejoints les troupes russes pour mener la guerre en Ukraine. Ils seraient postés à Rostov en Russie et à Gomel en Biélorussie. L’armée craint que la Biélorussie n’entrent pleinement dans le conflit en soutien de Moscou.
  • Dans la nuit de dimanche à lundi, Volodymyr Zelensky a renouvelé son appel à l’OTAN pour la création d’une “zone d’exclusion aérienne” au-dessus de l’Ukraine.
  • Vladimir Poutine aurait appelé la Chine à l’aider économiquement et militairement pour mener la guerre en Ukraine selon les informations du New-York Times. L’on ne connait pas le nature précise du soutien demandé ni la réponse du gouvernement chinois.
  • Le journaliste américain du New York Times Brent Renaud a été tué par balle à Irpin, dans la région de Kiev. Il aurait été abattu par balles par des opposants russes. L’autre journaliste l’accompagnant a également été touché. Ils circulaient dans une voiture en compagnie d’un civil ukrainien.

14:37 – EN IMAGES – Explosion dans un immeuble résidentiel

EN IMAGES - Explosion dans un immeuble résidentiel - Guerre en Ukraine ©Evgeniy Maloletka/AP/SIPA

Une explosion est observée dans un immeuble résidentiel après des tirs de chars de l’armée russe à Marioupol, le 11 mars. A l’instar de Marioupol ou Kiev, de nombreux centres urbains sont encerclés par l’armée russe à la mi-mars. Consultez notre diaporama sur la Guerre en Ukraine en cliquant sur la photo.

14:29 – Les craintes d’une attaque chimique russe renforcées

Depuis le 11 mars, les craintes et les accusations concernant une attaque chimique de la part de l’Ukraine et de la Russie rythment la guerre en Ukraine. Selon le média ukrainien, Nouvelle Voie de l’Ukraine, ce lundi le Center for Strategic Communications rapporte une autre confirmation des préparatifs de la Russie pour une attaque chimique en Ukraine, l’agence américain indique que la présence de chimistes a été détectée dans le contingent d’occupation de la Fédération de Russie.

14:18 – 400 Syriens aux côtés des soldats russes pour mener la guerre en Ukraine

L’état-major général des forces armées ukrainiennes assure que des combattants syriens sont venus renforcer les rangs des militaires russes. Il indique que “selon les informations disponibles, des centres de recrutement de mercenaires ont été ouverts en Syrie, où plus d’un millier de personnes ont été recrutées ces derniers jours, et environ 400 personnes sont déjà arrivées en Russie”. Ces nouveaux combattants seraient installés à Rostov en Russie, et à Gomel en Biélorussie, les deux villes sont proches des frontières de l’Ukraine. Vendredi, Vladimir Poutine a appelé à la facilitation de l’envoi des combattants volontaires, quels qu’ils soient, sur le front de la guerre en Ukraine

14:09 – A Marioupol, les civils sont évacués

A Marioupol, l’évacuation des civils a finalement commencé en début d’après-midi dès l’ouverture du couloir humanitaire. Les Ukrainiens suivent la route qui les mène vers Zaporijia en passant par Berdiansk conformément au corridor vert établi par le gouvernement. Les autorités de Marioupol précisent que depuis de 13h00 (heure de Kiev) “plus de 160 voitures privées ont réussi à quitter Marioupol en direction de Berdiansk”, certains ont même dépassé la ville étape et se dirige vers Zaporijia. La route se passe sans encombre et un régime de silence est respecté.

13:15 – A Mykolaïv, les rumeurs d’un assaut de chars russes sont fausses selon l’administration

Sur les réseaux sociaux ukrainiens plusieurs informations sur un éventuel assaut de chars russes sur Mykolaïv circule mais le président de l’administration d’État régionale assure que les allégations sont fausses. Il estime qu’aucun groupe de véhicules ennemis n’est présent aux abords de la ville pour mener pareille attaque.

13:04 – La Russie “n’exclut pas de prendre le contrôle total dans grandes villes” d’Ukraine

En parallèle des pourparlers et alors que les troupes russes sont empêchées dans leurs offensives sur plusieurs villes d’Ukraine, le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov a indiqué ce lundi que “le ministère de la Défense pour assurer la sécurité maximale des populations civiles, n’exclut pas la possibilité de prendre le contrôle total des grandes villes qui sont déjà encerclées”. Il ajoute que jusqu’à présent Vladimir Poutine n’a jamais donné l’ordre de mener l’assaut.

12:55 – Les négociations russo-ukrainiennes sont “difficiles” sur la guerre en Ukraine

Sur Twitter, le conseiller du président ukrainien Zelensky, Mykhailo Podoliak, informe de l’avancée des négociations russo-ukrainiennes et juge les échanges difficiles : “Les partis expriment activement leurs positions définitives. La communication continue, mais est difficile. Les systèmes politiques trop différents sont la cause de la discorde. L’Ukraine [porte] un dialogue libre au sein de la société et un consensus obligatoire. La Russie [représente] la répression ultime de sa propre société”.

12:49 – Les soldats Russes se réfugient dans une forêt à Gostomel

L’occupant russe tente d’affaiblir la capitale avec des assauts aériens répétés pour faire entrer ses troupes terrestres à Kiev mais l’armée ukrainienne a semble-t-il fait reculer un bataillon de la ceinture russe formée autour de la capitale. A Gostomel, dans la région de Kiev, les soldats du Kremlin se sont réfugiés et mis à couvert dans une forêt. 

12:35 – A Kiev, une usine aéronautique attaquée

A Kiev, les attaques se multiplient ce lundi, en milieu de matinée des bombardements russes ont visé l’usine aéronautique d’Antonov et fait deux morts et sept blessés dans la capitale. “La maire de la ville, Vitali Klitschko indique qu’un immeuble résidentiel a aussi état touché.

12:28 – La centrale nucléaire de Tchernobyl coupée de réseau électrique

Une nouvelle fois la centrale nucléaire de Tchernobyl qui se trouve sous le contrôle de l’armée russe a été coupée du réseau électrique ce lundi 14 mars. Une première coupure est intervenue la semaine dernière.

11:19 – Les images de Kharkiv détruit

Les frappes russes ont détruit plusieurs infrastructures privées notamment des immeubles d’habitations de plusieurs étages. Les débris des bâtiments jonchent les rues et par endroit les flammes consument tout sur leur passage.

11:11 – Des missiles russes lancés sur Kharkiv

Kharkiv s’ajoute à la liste des villes bombardées ce lundi 14 mars. Plusieurs missiles russes et une bombe ont été lancés dans le centre de la deuxième ville d’Ukraine, touchant des immeubles résidentiels près de l’administration d’Etat régionale.

11:00 – Les Russes aux portes de Kiev, de Kharkiv et de Soumy

Quelle est la progression des occupants russes ? Les forces du Kremlin conservent leur position au sud, à l’est et au nord de l’Ukraine mais sont bloquées par des grandes villes. Au nord, Soumy et Kharkiv où les combats font rage marquent la limite de l’avancée russe. A Kiev, les soldats de Moscou continuent d’encercler la ville mais pénétrer la capitale est encore impossible pour l’occupant.

10:51 – Une colonne russe en partie détruite à Melitopol

Une colonne de quelques 200 véhicules militaires russes postée à Melitopol a été en partie détruite par les forces ukrainiennes selon le conseiller Oleksiy Arestovych. Il précise qu’un quart de l’équipement présent, soit 50 véhicules au moins, a été anéanti. La ville du sud de l’Ukraine se trouve dans une zone où les forces de l’occupants sont en position dominante.

10:25 – 57 bombardements en une journée à Louhansk

La région de Louhansk essuie de nombreuses frappes russes depuis hier. Serhiy Haidai, le chef de l’administration militaro-civile régionale de Louhansk, a compté 57 bombardements de villes et villages de la région au cours des dernières 24 heures et il fait été d’importants dégâts. A Severodonetsk, ville située à plus d’une centaine de kilomètre de la frontière russe, 47 infrastructures privées, deux écoles et un gazoduc ont été bombardés et très endommagés indique la Nouvelle Voie de l’Ukraine.

10:17 – Plusieurs explosions à Kiev

A Kiev, de nouvelles explosions ont été entendues rapportent les journalistes du Kyiv Independant. Ces détonations seraient le bruit des missiles du système de défense anti-aérien ukrainien qui interceptent les attaques russes.

LIRE PLUS

Après des semaines de poker menteur et une escalade non déclarée officiellement ces derniers jours, la Russie a donc annoncé entrer en guerre avec l’Ukraine, jeudi 24 février 2022. Dans un discours télévisé publié tôt dans la journée de jeudi, Vladimir Poutine a annoncé une “opération militaire spéciale” pour “protéger les personnes qui ont été victimes d’intimidation pendant huit ans par le régime de Kiev”. La décision du président russe intervient après la reconnaissance par ce dernier de l’indépendance des Républiques populaires autoproclamées de Donetsk et Lougansk, territoires établis en Ukraine, mais dirigés par des séparatistes pro-russes depuis 2014. Des “traités d’amitié et d’entraide” avaient été signés le 22 février entre la Russie et ces territoires de l’est du pays, ouvrant la voie à une intervention militaire de la Russie, sur laquelle s’est donc engagé Vladimir Poutine.

Si depuis plusieurs années, les tensions sont vives dans les régions séparatistes de l’Ukraine, là où le conflit s’est envenimé les jours précédant l’invasion russe du 24 février, la guerre a finalement été déclarée dans tout le pays. Bien que la Russie ne soit frontalière qu’à l’est de l’Ukraine, ce sont toutes les principales villes du pays, partout sur le territoire, qui sont sous les bombardements et les raids armés. A commencer par la capitale Kiev, et ses alentours, assaillis par les forces russes. Pourtant située à plusieurs centaines de kilomètres de la frontière russe, la première ville du pays n’est qu’à 150km, par la route, de la Biélorussie, un pays ami de la Russie par lequel les forces de Vladimir Poutine ont pénétré en Ukraine.

Le sud de l’Ukraine et les bords de la mer Noire sont les scènes de vives combats entre Russes et Ukrainiens. L’armée soviétique a eu raison des villes de Kherson et de Berdiansk, elle est en position de force sur tout le littoral jusqu’à Odessa, à l’ouest, où un assaut par la marine russe se prépare. Au sud-est, Marioupol est la dernière ville à résister et à faire obstacle à la jonction entre les territoires conquis du Donbass et la progression russe au sud du pays. Au Nord et à l’est les soldats du Kremlin avancent et frappent sur Tchernihiv et Kharkiv en plus de Donetsk et Lougansk, qui concentrent les tensions depuis huit ans et le début de la guerre au Donbass. L’ouest de l’Ukraine est épargné malgré des attaques et bombardements isolés près de la Pologne, à Lutsk, Lviv ou encore Ivano-Frankivsk.

La guerre en Ukraine gagne en ampleur depuis l’invasion de l’Ukraine par les Russes le 24 février 2022. Le conflit qui oppose le Kremlin au gouvernement de Kiev présente des risques importants et fait craindre l’éclatement d’une guerre internationale et potentiellement nucléaire. Les conséquences du conflit ne se limitent pas aux frontières de l’Ukraine ou de la Russie et peut toucher plus largement l’Europe. Retrouvez toutes les actualités liées à la guerre en Ukraine.





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.