Entertainment

Prince Harry : pourquoi il déteste le secrétaire particulier d’Elizabeth II, et réciproquement


Après leur départ de la famille royale britannique, Harry et Meghan ne bénéficient plus du même degré de sécurité. Le 7 juillet 2022, le procès du duc de Sussex contre le Ravec a été ouvert à Londres.

  • Le duc de Sussex et sa famille ne bénéficient plus d’une protection policière complète.
  • Le prince Harry avait proposé de payer lui-même pour sa sécurité.
  • La proposition du prince Harry, époux de Meghan Markle, a été refusée et la prise de décision a impliqué des personnes qui n’auraient pas dû.

Le prince Harry et Meghan Markle ont quitté leurs fonctions officielles au sein de la royauté britannique en 2020. Cela fait deux ans que le couple Sussex et leurs deux enfants, Archie, 3 ans, et Lilibet Diana, 1 an, vivent en Californie. Cette manœuvre, baptisée le Megxit, a fait couler beaucoup d’encre. A cause de son départ de la famille royale britannique, le prince Harry, duc de Sussex, 37 ans, a changé de statut. Ce qui a entraîné entre autres la décision du Ravec de réduire le degré de protection personnelle pour Harry et sa famille lors de leurs visites sur le sol britannique. Le petit-fils d’Elizabeth II d’Angleterre, 96 ans, avait alors proposé de payer de sa poche pour sa protection.

Une proposition qui semblerait-il n’a pas été prise en compte lors de la prise de décision du Ravec. Le duc de Sussex demande une révision judiciaire complète de cette décision du ministère de l’intérieur, indique The Sun. La première audience pour cette nouvelle bataille judiciaire du prince Harry, 37 ans, contre le Ravec-Ministère de l’intérieur a eu lieu le 7 juillet 2022. Shaeed Fatima, l’avocate du duc de Sussex, a révélé que des membres de la maison royale, dont Sir Edward Young, ont été impliqués dans cette décision. À l’époque, le prince Harry, époux de Meghan Markle, ignorait “que la maison royale était impliquée“, a précisé l’avocate Shaeed Fatima.

Prince Harry : la décision sur la protection policière du duc de Sussex en Angleterre aurait pu être différente

L’avocate du prince Harry a déclaré que le duc de Sussex estime que le secrétaire particulier d’Elizabeth II, Sir Edward Young, n’aurait pas dû être impliqué dans la prise de décision de février 2020. Shaeed Fatima a révélé qu’il y avait des “tensions significatives” entre le prince Harry et Sir Edward Young. Le prince Harry estime que s’il savait que des membres de la maison royale étaient impliquées, il aurait pu faire des objections. Le fils du prince Charles, prince de Galles, 73 ans, estime que la décision prise concernant sa protection personnelle aurait été ou aurait pu être différente. “On peut soutenir que, s’il y avait eu un processus équitable, la Ravec aurait ou aurait pu prendre une décision différente“, a déclaré Shaeed Fatima.

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close