Politics

Taïwan accuse de Pékin de simuler une attaque


Samedi 6 août, des avions de l’armée de Pékin ont franchi à 14 reprises la ligne médiane, cette démarcation officieuse entre Taïwan et la Chine continentale, selon les autorités taïwanaises relayées par le South China Morning Post. “Le ministère de la défense a ajouté que les navires chinois ont réalisé 14 fois le tour de l’île principale samedi matin.”

Pour Taipei, la nature des exercices militaires sans précédents lancés au lendemain de la visite sur l’île de Nancy Pelosi, numéro trois de l’administration américaine, s’apparente à une simulation d’attaque contre Taïwan.

Instaurer une nouvelle normalité

Selon les experts interrogés par le journal sis à Hong Kong, ces manœuvres, censées prendre fin dimanche, pourraient devenir récurrentes aux abords de l’île, sur laquelle Pékin revendique sa souveraineté. “L’armée chinoise essaie d’instaurer une nouvelle normalité en franchissant régulièrement la ligne médiane, ce qui laisserait moins de temps à Taïwan pour réagir en cas d’attaque dans le futur”, analyse Ma Chen-kun. D’après ce professeur spécialisé dans les affaires militaires chinoises, interrogé par le South China Morning Post, les six zones d’exercice, “qui forment de facto un blocus de l’île”, visent en outre à limiter la capacité d’action militaire taïwanaise, ce qui pourrait être reproduit à l’avenir.

Photo
Courrier international

Jusqu’à présent, les forces de défenses de Taïwan respectent leur principe “visant à ne pas chercher l’escalade mais à se défendre en cas d’attaque”. Les analystes contactés par le South China Morning Post enjoignent dans ce cadre à Taipei “de ne pas laisser Pékin poursuivre dans cette voie”, mais sans davantage de précisions. À ce stade, estime le politologue Tung Li-wen, “ce n’est plus une question de ‘si’ mais de ‘quand’ et ‘comment’ l’attaque aura lieu”.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close