Politics

Un ancien journaliste de CNews rejoint la majorité présidentielle




Jusqu’ici journaliste, il a franchi le Rubicon. Pour le journaliste de la chaîne d’information du groupe Canal+ – CNews – Loïc Signor, la saison estivale s’est soldée par un ralliement de choix : celui de la majorité présidentielle, d’après les informations de nos confrères du Figaro. Avant de quitter le groupe de télévision, le journaliste politique était en charge…du suivi de la majorité présidentielle. Selon LeFigaro, ce serait le tout nouveau chef du parti présidentiel – officiellement rebaptisé Renaissance – Stéphane Séjourné, qui aurait approché le journaliste.

Du côté de la majorité, on se félicite d’un recrutement vu comme « disruptif ». « Il fallait un porte-parole en mesure d’incarner les position que prendra le parti. Je suis ravi que Loïc Signor ait accepté de mettre son expertise à notre service », confirme le patron de Renaissance, dans les colonnes du journal. Si ce changement de carrière à de quoi surprendre, il n’est en rien totalement incompréhensible. 

À LIRE AUSSIINFO LE POINT. Macron prépare déjà l’après-Macron

Le dernier d’une longue liste

En effet, Loïc Signor est arrivé sur la chaîne tout-info du groupe Canal en 2016 peu de temps avant qu’une grève historique ne touche l’antenne d’« I>Télé », plus tard renommée en « CNews ». Il avait rapidement pris la tête de la « Société des rédacteurs » de la chaîne. Une position lui offrant la possibilité d’afficher, parfois publiquement ses « désaccords » avec la ligne éditoriale de la chaîne. « Quitte à faire de la politique, il vaut mieux que ce soit pour défendre les valeurs qui sont les miennes. Il vaut mieux le faire sans carte de presse », a-t-il justifié au Figaro.

Noël Mamère, François Baroin, Jean-Marie Cavada, Robert Ménard, Bruno Roger-Petit, Philippe Ballard, Eric Zemmour…la liste est longue des journalistes qui fini par franchir la porte de la politique. Et ce, d’autant que l’ensemble des familles politiques ont « leur représentant médiatique » : des écologistes à l’extrême droite. Une fuite journalistique qui continue d’alimenter une certaine défiance du public envers certains médias. Ce même public reprochant souvent aux « médias mainstream » d’être trop « proches » des cercles de pouvoirs. Des critiques parfois exacerbées par les politiques eux-mêmes…




Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.